Mondiaux de gym artistique, une marche ratée vers Londres

Interview
Partagez

Mondiaux de gymnastique artistique, une marche ratée vers Londres

Après un report consécutif à l’enchainement dramatique tremblement de terre, tsunami et accident nucléaire, les 43èmes championnats du monde de gymnastique artistique se sont tenus du 7 au 16 octobre 2011 dans la capitale japonaise, Tokyo.

Partie de France le 24 septembre, la délégation française était composée de 14 gymnastes, à parité hommes/femmes. Tout comme les 543 gymnastes présents, venus de 71 nations, leur objectif était a minima de terminer dans les huit premiers de la compétition pour décrocher le sésame olympique pour Londres.

Pour les équipes, le challenge était le même, sachant que les féminines avaient terminé 11èmes de la dernière édition des Championnats du monde par équipe, à Rotterdam en 2010, tandis que les garçons avaient pris la 5ème place. Au-delà de la 8ème place, les 8 équipes suivantes participeront au test event du 11 et 12 janvier 2012 à Londres qui qualifiera les quatre premières équipes... et c'est à ce test event que les gymnastes se sont condamnés...

Cyril Tommasone ouvre son compteur mondial
Sa neuvième place au concours général laissait présager de bonnes choses en vue de la finale du cheval d’arçon, sa spécialité. Vice-champion d’Europe au printemps dernier, Cyril Tommasone a confirmé, samedi 15 octobre 2011, qu’il faisait bien partie des meilleurs mondiaux en décrochant la médaille d’argent. A 24 ans, le Lyonnais obtient son premier podium mondial après avoir échoué à deux reprises en 2009 et 2010 (4ème). Ce résultat lui permet d’envisager sereinement l’avenir puisqu’il se sélectionne pour les Jeux Olympiques de Londres pour cet agrès. Cette réussite contraste avec la cruelle désillusion vécue par le reste de l’équipe de France, à commencer par le champion du monde en titre, Thomas Bouhail, au saut. Grandissime favori de l’épreuve, le Français perd sa couronne au dépend du Sud-Coréen Yang Hak-Seon, la faute à un gros déséquilibre à la réception lors de son deuxième passage. Thomas Bouhail doit se contenter de la quatrième place. Son compatriote Yann Cucherat est lui aussi passé à côté du podium aux barres parallèles. L’aîné des Bleus (32ans), double champion d’europe (2009-2010), réalise un beau passage mais échoue au cinquième rang. Enfin, rappelons que, respectivement neuvième et dixième du concours par équipe, les groupes France hommes et femmes devront être performants lors des tests events, du 11 au 13 janvier 2012, pour espérer se qualifier aux Jeux Olympiques.

Yann Cucherat

Rendez-vous aux Tests Event
La compétition avait débuté par les épreuves par équipes, qui n’ont pas souri aux Tricolores. Dixièmes des qualifications, dimanche 9 octobre, les Françaises (Rose-Eliandre Bellemare, Marine Brevet, Clara Della Vedova, Youna Dufournet, Aurélie Malausséna et Sophia Serseri) n’ont pas réussi à décrocher le quota direct pour les Jeux Olympiques. Le constat est identique du côté des hommes, les Bleus se hissant à la neuvième place, lundi 10 octobre 2011. Les dernières chances de qualifications olympiques pour les équipes de France féminines et masculines se joueront lors des tests event, du 11 au 13 janvier 2012. Il faudra alors terminer dans les quatre premiers pour espérer traverser la Manche. Place dorénavant aux épreuves individuelles, pour les finales desquelles six athlètes se sont qualifiés : Aurélie Malausséna et Cyril Tommasone au concours général, Youna Dufournet (2ème aux barres asymétriques), Yann Cucherat (2ème aux parallèles), Cyril Tommasone (7ème aux arçons), et Thomas Bouhail (1er au saut).




La sélection et les règles de qualifications pour Londres

Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo de présentation du championnat du monde




La sélection française

Youna Dufournet

Gymnastique Artistique Féminine :
Rose-Eliandre Bellemare, Mira Boumejmajen, Marine Brevet, Clara Della Vedova, Youna Dufournet, Aurélie Malaussena, Sophia Sersseri.

Gymnastique Artistique Masculine :
Thomas Bouhail, Yann Cucherat, Gaël Da Silva, Hamilton Sabot, Cyril Tommasone, Arnaud Willig, Axel Augis.





Tommasone, Cucherat, Bouhail : impressions préalables


Cyril Tommasone : « On part pour faire un résultat en équipe »

Cyril Tommasone, 24 ans
2 participations aux championnats du monde, en 2009 et 2010...

Comment vous sentez-vous ?
Je reviens bien après ma blessure au genou. J’ai de bonnes sensations au sol et au saut, surtout depuis que j’ai refait mes sorties. Du coup, je me sens bien. Il faut rester mobilisé jusqu’aux championnats du monde. Il reste encore un peu de temps pour travailler, peaufiner les derniers petits détails, comme les réceptions, ou la recherche du saut, du mouvement parfait.

Quels sont vos objectifs sur ce championnat du monde ?
Je n’ai pas spécialement d’objectif individuel. On part vraiment pour faire un résultat par équipe. Il faut faire dans les huit premières nations pour être qualifié directement pour les Jeux Olympiques. C’est donc ça l’objectif prioritaire, et on ne regarde pas la performance individuelle. Si on se qualifie en équipe, cela entraînera forcément des finales en individuel.

Et cette équipe de France, comment la ressentez-vous ?
Dans l’équipe, on a la chance d’avoir des hommes expérimentés, comme Thomas Bouhail et Yann Cucherat. C’est ce qui fait notre force. Ma médaille d’argent aux derniers championnats d’Europe m’a également donné de l’assurance. Maintenant, chaque compétition est différente. Même si j’ai de la confiance, on n’est pas à l’abri de faire des petites erreurs derrière lesquelles il faut réagir vite. Mais, on est hyper motivé, on est venu au Japon pour réussir cette qualif’ olympique.




Yann Cucherat : « Notre groupe est soudé et complémentaire »



Yann Cucherat, 32 ans
8 participations aux championnats du monde, en 1997, 1999, 2001, 2002, 2005, 2006, 2007 et 2009...

En tant que « doyen » et de facto capitaine de cette équipe de France masculine, comment jugez-vous votre équipe ? Dans quel état de forme abordez-vous ce championnat du monde? La blessure de Pierre-Yves Bény (rupture du biceps) ne vous a pas trop déstabilisés ?
Notre groupe est soudé et complémentaire. Notre engagement quotidien démontre notre niveau de motivation et notre envie de bien faire. Nous essayons de monter en puissance pour être à la hauteur de l’évènement. Tous les gyms qui composent ce groupe sont expérimentés, ce qui est un atout certain dans ce contexte de qualification olympique. La préparation a été bonne mais nous n’avons pas été épargnés par les blessures. Celle de Pierre-Yves est un réel coup dur qui fragilise sensiblement notre équipe, mais c’est avant tout très malheureux pour lui. Nous nous devons de nous accrocher pour tous les efforts qu’il a consentis jusqu’ici.

Quels sont vos objectifs personnels ?
J’espère faire mon job… Mon unique ambition personnelle est d’abord de contribuer à notre qualification olympique. Mon rôle est d’aider le groupe à s’exprimer à son meilleur niveau gymnique le lundi 11 octobre.

Après votre échec aux championnats d’Europe, comment abordez-vous cette compétition ?
Comme une nouvelle compétition. Je ne regarde pas trop en arrière. Réussites ou échecs font déjà partie du passé. Les compteurs sont remis à zéro pour tout le monde. Y compris pour moi !!! Et ça m’arrange…

Comment s'est passée votre préparation ?
Il y a eu des hauts et des bas comme dans chaque préparation. Mais j’ai tout mis en œuvre pour ne rien regretter. Mon investissement a été entier et c’est ce qui m’importe. Si les entraîneurs m’ont sélectionné c’est que j’ai répondu à leur attente. J’ai toutefois été ennuyé par mes problèmes d’épaule mais, désormais, je suis obligé de composer avec.

Avez-vous de l'appréhension d'aller au Japon après la catastrophe de Fukushima ? Y pensez-vous ?
Oui, on y a pensé. Notre fédération et les instances compétentes nous ont assuré qu’il n’y avait aucune restriction et que nous pouvions être sereins sur ce sujet. Du coup nous ne nous posons plus trop de questions. Et il faudra bien qu’on mange et qu’on prenne l’air durant ces 3 semaines …




Thomas Bouhail : « une nouvelle concurrence est arrivée »



Thomas Bouhail, 25 ans, champion du monde en titre au saut de cheval
3 participations aux championnats du monde, en 2006, 2009 et 2010...

Depuis les Jeux Olympiques de pékin, vous gagnez tout ou presque. Vous êtes le grandissime favori de l'épreuve de saut de cheval, comment supportez-vous ce statut?
Je suis numéro un mondial depuis décembre 2008, j’ai donc appris à gérer ce statut de leader. S’il est vrai que j’ai de la pression, celle-ci reste toujours la même sur les grandes compétitions. De plus, il faut garder en tête qu’on n’est jamais à l’abri de l’erreur. Maintenant, je sais que, pour ma part, une défaite un an avant les Jeux Olympiques, ne remettrait rien en question. Je vais cependant essayer de donner le maximum sur cette compétition là, sachant qu’une nouvelle concurrence vient d’arriver. Il y a un jeune coréen, Hak Seon Yang, qui est très fort. Il y a deux mois, il m’a battu chez lui. Il est au dessus du lot aujourd’hui. Mais il a moins d’expérience. A nous, les plus anciens, de lui faire un peu peur.

Cette jeunesse vous pousse-t-elle vers l’excellence ?
Cela me pousse à ne jamais me relâcher. Je vois les jeunes arriver, des gymnastes inconnus jusque là mais dont le niveau est excellent. Je ne m’attendais pas, par exemple, à ce qu’un nouveau sauteur arrive sur le circuit avant les Jeux. Ce sauteur coréen, Hak Seon Yang est déjà prêt à passer devant tout le monde et à gagner. Je pense qu’à réussite égale, Hak Seon Yang est potentiellement imbattable. En effet, il a inventé un saut qu’il est le seul au monde à savoir faire, alors lorsqu’il le réalise à la perfection, on ne peut pas rivaliser.

Justement, l'invention d'un saut ne faisait pas partie de vos projets ?
Si, j’avais dans l’optique d’inventer un mouvement, mais après les Jeux ! Ce Coréen m’a devancé… Du coup, ça me donne envie de réellement progresser et de faire de nouveaux sauts pour Londres, histoire de l’accrocher. C’est un truc qui va me booster… Je suis un compétiteur. Ma force, c’est mon caractère. Je ne lâche rien. Voilà donc, un beau challenge, en plus de la médaille d’or olympique ! Ce championnat du monde revêt un caractère spécial, car il est également qualificatif pour les Jeux Olympiques. L’individu est vraiment mis au service de l’équipe… C’est la condition sine qua none pour espérer décrocher nos billets pour Londres 2012. On a tous les yeux rivés sur Londres. Alors, cela crée une vraie cohésion au sein de l’équipe. De plus, depuis les Mondiaux de l’an dernier à Rotterdham, il y a une belle émulation dans ce groupe. On avait explosé les records des équipes de France précédentes.

  •  Adidas
  •  EDF
  •  Française des jeux
  •  Tarkett
  •  Bmw
  •  BPCE
  •  Orange
  • Somfy
  •  Allianz