JOJ : Pagnier d'argent !

Médaille
Partagez

A 17 ans et demi, Joséphine Pagnier a décroché dimanche la médaille d’argent dans le concours individuel de saut à ski « à la maison », dans son fief de Prémanon. Une juste récompense pour ce talent identifié, lancé vers les sommets depuis déjà trois ans.

C’est aussi ça, la marque des futures grandes : savoir répondre présent le Jour J et assumer son statut de sublime promesse du saut à ski français. A 17 ans et demi, Joséphine Pagnier est ainsi devenue vice-championne des Jeux Olympiques de la Jeunesse dans l’épreuve individuelle. Un véritable tour de force pour cette jeune fille déjà escortée d’une solide réputation et qui s’est avancée ce dimanche sur le tremplin du stade nordique Jason Lamy-Chappuis des Tuffes avec à la fois la pancarte de favorite (au même titre que la Russe Anna Shpyneva, qui a devancé la Française) et l’étiquette de régionale de l’étape. Une double ration de pression pas toujours facile à digérer à ce stade naissant d’une carrière. Mais la Française a tout assumé, à commencer par le bourdonnement ambiant qui aurait pu la faire sortir de son concours : première des qualifications avec un saut à 82,5m, première du premier saut de la finale avec 82m, elle conclut son concours avec un saut moins lointain qui, avec 79,5m ne suffira pas à lui faire conserver l'avance acquise face à la Russe Shpyneva qui, avec 84m sur ce dernier saut, s'octroyait l'or des ces JOJ.

« Ce n’est que du bonheur, je suis super contente, a néanmoins déclaré Joséphine. Je n’étais pas focalisée sur le résultat mais plutôt sur la manière de faire. J’étais un peu stressée après la première manche (elle était alors leader provisoire). Comme c’était en plus à domicile, j’avais un peu la pression et il y avait une ambiance particulière. »

J’adore ce tremplin, c’est presque chez moi

Il faut dire que Joséphine ne pouvait guère passer inaperçue au milieu des autres engagées. Née non loin du stade de ses exploits du jour, situé à Chaux-Neuve au cœur du site de Prémanon dans le Jura français, elle a d’abord grandi à quarante-cinq minutes de là avant de s’en approcher. « J'habitais à un kilomètre, dans le village de Chaux-Neuve, et mon papa travaille comme responsable du site de saut à ski, a raconté la native de Pontarlier à Olympic Channel. J’y étais donc très souvent. J’adore ce tremplin, c’est presque chez moi. Je ne me souviens même plus de la première fois où j'y suis allée, ni même de la première fois où j'ai sauté. Je me souviens juste que j’adorais déjà ça quand j'étais plus jeune. Ma maman était un peu inquiète mais elle m'a toujours soutenue et elle a cru en moi. Et puis, elle n'avait pas vraiment le choix, mon père et moi adorons le saut à ski. »

Tombée donc naturellement dedans quand elle était toute petite, Joséphine Pagnier va suivre une trajectoire ascensionnelle digne de ses plus belles impulsions. A 14 ans seulement, elle prend part à ses premières compétitions internationales dans le cadre de la Coupe des Alpes. Un an plus tard en 2017, elle s’impose deux fois en Allemagne à l’occasion de la Coupe continentale et fait main basse le classement général. En 2018, elle est médaillée de bronze par équipes aux Mondiaux juniors de Kandersterg avant de faire ses grands débuts en Coupe du monde, chez elle, à Prémanon, où elle inscrit son premier point dans la cour des grandes sur le tremplin HS90 de Prémanon.

Mon objectif, c’est d’avoir une carrière assez longue.

« J'ai gagné des épreuves de l'Alpen Cup en 2017, mais les plus grands moments de ma jeune carrière, c'est d'avoir pu débuter en Coupe du monde lors de l'hiver 2018-2019, confie-t-elle. On acquiert bien plus d'expérience lorsque l'on découvre le très haut niveau. C'est cela qui me passionne en fait, courir en Coupe du monde (elle est cette saison la seule représentante féminine en équipe de France A), aux championnats du monde (elle a terminé 31e de ses premiers Mondiaux l’an passé à Seefeld) et aux Jeux Olympiques. Mon objectif à 17 ans, c'est d'avoir une carrière assez longue en obtenant des résultats significatifs. Lausanne 2020, c'est pour moi une étape. Mon objectif à 17 ans, c'est d'avoir une carrière assez longue en obtenant des résultats significatifs. Je pense aller le plus loin possible, en me faisant plaisir. »

Elle est faite pour ce sport

Pour Damien Maitre, l’entraîneur en chef du groupe féminin, Joséphine a très clairement les moyens de ses ambitions : « Elle de vraies qualités techniques. Elle a une très bonne capacité à voler. Mentalement, elle est très costaud et elle sait être compétitive. Elle a un gabarit de sauteuse à ski, elle est faite pour ce sport. Ce qui lui a permis de se révéler cette saison, c'est sa capacité à se prendre en mains et à être maître de son projet. Malgré son jeune âge, elle est totalement au centre de son projet, elle a compris qu'elle en était la pièce maîtresse, elle n'attend pas les autres pour avancer. Elle se donne les moyens de réussir. C'est ce qui fait la différence en ce moment. » Avant de nuancer, histoire de rappeler que le sport est tout sauf une science exacte et que de nombreux champions en herbe se sont brûlé les ailes avant elle. « Je suis allé aux JOJ d'Innsbruck en 2012 et de Lillehammer en 2016. J'ai vu des médaillés qui n'ont pas forcément été performants après cela. Il y en a en revanche qui ne sont pas montés sur le podium mais qui se sont illustrés au plus haut niveau ensuite… Et j'ai vu aussi des médaillés qui ont réussi au niveau supérieur. » De sages paroles à méditer car d’autres avant elles, se sont déjà brûlé les ailes.

Saut à Ski | Le Mag' des Bleus | Le journal des Bleuets

TV - Sport en France

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge

  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC