JOJ : Hugo Galvez, le rêve éveillé

Partagez

Comme Nathan Nicoud, Maël Halladj et Ludmilla Bourcier, Hugo Calvez a remporté une médaille dans le tournoi 3x3 muti-nations de hockey-sur-glace. Une première étape vers le haut niveau pour ce hockeyeur qui voit grand et qui a déjà tiré des leçons de ces JOJ.

Hugo Galvez n’est en effet pas prêt d’oublier de sitôt ces troisièmes Jeux Olympiques de la Jeunesse de l’histoire disputés à Lausanne. Médaillé (de bronze avec l’équipe marron) ce mercredi dans le tournoi 3x3 muti-nations de hockey sur glace au même titre que Nathan Nicoud (or avec les Verts), Maël Halladj (argent avec les Rouges) et Nausikaa Clément (argent chez les filles avec les Rouges), le hockeyeur de Grenoble a rêvé en grand. Mieux, il s’est rapproché un peu plus encore de son rêve ultime de devenir un jour professionnel. Car dans son esprit comme dans celui de ses camarades de l’équipe de France, ces JOJ n’ont fait que confirmer et valider son envie tenace d’évoluer un jour dans la cour des grands.

« L’adrénaline de l’événement a eu un vrai effet positif sur notre jeu, analyse déjà avec un certain recul l’attaquant des Brûleurs de Loup de Grenoble. Ca m’a donné encore plus envie de m’entraîner pour en arriver là. Ca m’a fait quelque chose d’entrer pour la première sur la glace de la Vaudoise Arena. Avec la tenue de l’équipe de France et l’encadrement, j’avais l’impression d’être un professionnel. C’était vraiment une fierté d’avoir pu participer à ces Jeux Olympiques de la Jeunesse. Entre voir l’événement à la télé et se retrouver là, c’est autre chose. C’est un peu le début de la vie professionnelle. En tout cas, cette sélection prouve que le travail et l’entraînement finissent par payer. Mais l’envie de devenir pro, je l’ai depuis que je suis entrée en sport études en cinquième. »

« Avec la tenue de l’équipe de France et l’encadrement, j’avais l’impression d’être un pro »

Depuis son plus jeune âge, Hugo Galvez - qui a mis ses premiers patins à l’âge de 2 ans - n’a cessé de bouger et de poser ses valises à différents endroits. Un peu à l’image des pros qui, au gré de leur carrière, passent d’un club à l’autre. « J’ai commencé le hockey à Reims jusqu’à 8 ans, puis je suis allé à Toulouse. J’y suis resté quatre ans avant de retourner à Reims pour faire un sport-études dans la filière haut niveau. Après, j’ai fait un an à Anglet avant de partir l’an dernier à Lyon. Une fois encore, mes parents ont déménagé pour moi. Et cette année, je suis descendu à Grenoble. »

En Isère, Hugo a franchi un nouveau palier avec les U17 qui lui a permis de connaitre sa première sélection en bleu en décembre dernier, mais aussi avec les U20 de son club qu’il a déjà eu la chance d’intégrer à quelques reprises pour pallier blessures et autres forfaits. « Avec les Brûleurs de Loup de Grenoble, j’évolue à un bon niveau, explique-t-il. On joue contre les meilleures équipes françaises et en plus, on retrouve les gars de l’équipe de France. » Déjà rompu aux cadences intensives, le Champenois de naissance ne ménage pas sa peine en s’entraînant dix fois par semaine (5 séances d’entraînement sur glace, 5 autres de musculation), essentiellement de 16 à 20h. Et le week-end, c’est hockey sur glace non-stop puisque pour éviter les déplacements permanents, il dispute directement des matches aller-retour face à des clubs comme Rouen, Anglet pour Megève.

Je rêve de jouer un jour en NHL

« Quitter la France pour jouer un jour à l’étranger serait un rêve pour m’améliorer et jouer avec les meilleurs, se projette Hugo, qui a déjà de la suite dans les idées. Depuis que je suis tout petit, j’aime bien les Kings de Los Angeles en NHL. S’il y a moyen d’y aller un jour, ce serait avec grand plaisir ! ». Pour se convaincre que ce jeune garçon est bel et bien un mordu de palet, il suffit de lui demander quel est son sportif préféré. « C’est Sidney Crosby. Il est canadien, né en 1987 d’où le numéro 87 et est capitaine du Canada. Il a remporté déjà plein de médailles. Il est super fort », récite-t-il presque mécaniquement, tel un passage de podcast qui aurait traîné sur le page Wikipédia du joueur. « J’ai conscience qu’il faudra encore beaucoup de travail pour en arriver là mais je rêve de jouer un jour en NHL. Je pense qu’il y a moyen d’y arriver, comme tout le monde. Ce n’est qu’une question de travail », souligne-t-il une nouvelle fois.

En attendant, Hugo Galvez comme ses partenaires de l’équipe de France ont encore du pain sur la planche et des litres de sueur à verser. Mais ne comptez pas sur lui pour baisser les armes ou abandonner son rêve en cours de route. « Quand je ne fais pas de hockey, insiste-t-il, c’est limite si je ne fais pas une crise. C’est une drogue pour moi. » Son hockey à lui, il le consomme sans modération.

Hugo GALVEZ | Hockey sur glace | Le Mag' des Bleus | Le journal des Bleuets

Soutiens ton Club !

TV - Sport en France

Confinement

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge

  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC