JOJ : l’argent content de Caitlin McFarlane

Médaille
Partagez

La Française Caitlin McFarlane a créé la surprise ce vendredi en devenant vice-championne olympique de la jeunesse du Super-G à Lausanne. Une discipline qui est loin d’être la spécialité de cette skieuse d’origine australienne.

L’histoire naissante des Jeux Olympiques de la Jeunesse retiendra que c’est en Suisse que Caitlin McFarlane a réalisé le braquage de sa jeune vie. Un placement garanti dans le coffre-fort éternel de ses souvenirs auquel la skieuse tricolore n’aurait elle-même jamais osé rêver ce vendredi matin, au départ du Super-G. Là-haut, perchée à 1200m dans la station des Diablerets. Pas par manque de confiance en soi, non, mais tout bonnement en raison de son potentiel « limité » dans cet exercice réservé aux plus rapides. « Franchement, je ne sais pas trop quoi dire car je ne m’y attendais pas du tout, raconte celle dont le meilleur résultat jusque-là était une victoire dans le slalom de la OPA Cup en 2018.

En bas, je pensais me prendre au moins deux secondes parce que c’est de la vitesse et la vitesse, je n’en fais pas beaucoup. Je réussis surtout dans les épreuves techniques, le slalom et le géant. Je suis donc super contente et je me place même pour le combiné de demain. C’est super ! Ca me fait vraiment quelque chose.
» Ironie de l’histoire, la médaille d’or décrochée par Amélie Klopfenstein tient également du miracle puisque la Suissesse était réserviste et ne faisait même pas partie de la sélection helvète il y a encore une semaine !

« J’aime bien la pression »

Arrivée tôt ce vendredi matin sur le site de compétition, Caitlin McFarlane ne s’est pas laissée rattrapée par la dimension de l’épreuve. « J’étais un peu stressée mais j’aime bien la pression liée aux JOJ, souligne-t-elle. Ca fait partie de l’expérience et ça m’a aidée à me motiver. » Imperméable au poids de l’évènement, la sociétaire du club de Saint-Jean d’Aulps (74) n’a pas non plus cédé sous l’autre « pression », cette fois-ci nationale liée aux contre-performances du jour de ses partenaires d’équipe de France, Chiara Pognaux (27e) et Alizée Dahon (disqualifiée pour avoir manqué une porte). « J’avais les infos au départ, on m’a dit qu’Alizée était sortie et que Chiara n’avait pas très bien skié. Du coup, je me suis dit que je n’avais rien à perdre et que je devais y aller ! » Un mental d’acier pour cette jeune fille bien déterminée à ne pas s’arrêter en si bon chemin et qui rêve de glisser un jour dans les traces de ses deux idoles, Mikaela Shiffrin et Tessa Worley. « J’ai envie de faire carrière, d’aller le plus loin possible, d’aller aux Jeux Olympiques et de gagner des Coupes du monde ».

Un si long voyage

En attendant de tutoyer les sommets de la super élite mondiale, l’équipe de France peut remercier les parents de Caitlin McFarlane, tous deux Australiens (son père est homme d’affaires et sa mère avocate). Sans un immense concours de circonstances, l’élève de Michel Lucatelli aurait naturellement défendu les couleurs aussies. « Je suis née en Australie et nous parlons toujours anglais à la maison, raconte-t-elle. Mon père a travaillé étant jeune à Morzine comme cuisinier et comme mes parents voyagent beaucoup, ils ont fini par poser leurs bagages en France. Ca lui a plu et on est revenus du côté de Morzine. Je ne suis donc pas du tout issue du milieu du ski mais le ski, c’est mon truc ! » Actuellement au pôle France d’Albertville, cette fan de foot met en tout cas tout en œuvre pour parvenir à ses fins, elle qui prépare un Bac S en quatre ans. « J’ai école d’avril à novembre et de novembre à avril, c’est cours par correspondance pour pouvoir m’entraîner, partir en stage et en compétition. C’est chargé. » Mais tel est le prix à payer pour espérer succéder un jour à Worley, dont le papa est également australien. Un clin d’œil du destin ?

Caitlin MCFARLANE | Ski Alpin | L'actu des Bleus... | Le journal des Bleuets

TV

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge

  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC