Alexandre Camarasa : "Se frotter aux meilleurs"

Interview
Partagez

Absents des Jeux Olympiques depuis 24 ans, les poloïstes français ne sont pas favoris de l'épreuve à Rio. Malgré les deux défaites subies face au Montenegro et l'Italie, les Bleus restent prêts à se surpasser. Rencontre avec leur capitaine Alexandre Camarasa...

Tu es en pleine découverte des Jeux, quelles sont tes premières impressions ?
C’est une expérience incroyable. Il y a deux ans en arrière, on n’aurait jamais pensé être là. Maintenant, nous y sommes mais nous restons focalisés sur la compétition. Je regarde tout ça avec des yeux d’enfants tout en conservant l'envie de performer et de me frotter aux meilleurs. Les Jeux, c’est une fois dans une vie. Il ne faut pas gâcher cette chance et donner le meilleur.

Qu’est ce qui t’a le plus impressionné depuis ton arrivée ?
Il n’y pas assez de temps pour tout. Mais tout m’a impressionné. C’est grand, tu vois des gens que tu as idolâtrés. J’ai vu les basketteurs, les handballeurs. On a eu Michael Pelphs à côté de nous. Les infrastructures sont incroyables. Tout ici est monstrueux. Mais c’est ce qu’on attend des Jeux.

Tu es allé voir des stars françaises ou internationales ?
Pas encore trop, je suis un peu resté en retrait mais oui, j’aimerais bien leur parler. Ils ont réussi dans des sports très durs. Leur approche de la compétition, comment ils sont arrivés là, leur parcours... tout cela m'intéresse.

Il y aura des surprises, j’espère que ça sera nous...

Toute l’équipe est dans le même était d’esprit, focus dans la compétition ?
Bien sûr, l’objectif, reste de faire un quart. On est les petits poucets. Il y aura des surprises, j’espère que ça sera nous. On essaiera de titiller les plus gros.

Les Bleus peuvent-ils rivaliser avec les autres équipes ?
C’est très compliqué, on est le petit poucet. Mais on s’est tellement entrainé ces sept dernières semaines. On y va le couteau entre les dents, même si on se prend des caisses, mais pour marquer chaque but, ils devront donner le meilleur d’eux mêmes. Nous, on ne lâchera rien.

Justement, cet état d’esprit pourra-t-il compenser l’écart de niveau avec les autres ?
Oui, il y a écart de niveau mais le water-polo n’est pas une institution française alors que dans tous les autres pays, c’est un sport national. En Serbie, pour le championnat d’Europe, on passait en prime-time à la TV, ça ne se fera jamais en France. C’est ancré dans leurs racines, on a pris un petit retard; qui petit à petit le diminue. Peut-être qu’un jour, on les doublera...

Est-ce que la qualification aux Jeux a joué sur l’intérêt des Français ?
Grâce aux médias, le polo vit. Il y a plein de personnes qui vivent de ça. On ne pensait pas que c’était comme ça. C’est bien de parler du water-polo. Au quotidien, des milliers de personnes se battent pour faire vivre ce sport. C’est bien de faire les Jeux pour montrer que le water-polo existe. On est des gars bien.

Vous avez défilé lors de la cérémonie d’ouverture...
En amont, l'encadrement ne voulait pas qu’on y participe. Mais pour le groupe, c’était mieux d’y participer, de créer un électrochoc pour déplacer des montagnes. On avait vraiment envie de le faire. Avoir le package complet, faire la cérémonie, affronter les meilleurs et s’éclater. Je pense que nous priver de la cérémonie nous aurait mis un petit coup. C'est le rêve de tout sportif.

Alexandre CAMARASA | Natation - Water Polo | Le journal des Bleus

TV

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC