Natation synchronisée : Epreuves

©DPPI
Partagez

Ce sport semble être le plus facile des Jeux Olympiques, mais il cache bien son jeu. Cette discipline exige non seulement puissance, endurance et souplesse, grâce et sens artistique, mais également un contrôle exceptionnel de sa respiration.

Inhabituel mais primordial, l'équipement permet à ces nageuses de donner l'illusion de l'absence d'effort, ce qui n'est pas si simple car elles effectuent des mouvements très physiques, la tête en bas, sous l'eau et en retenant leur respiration. Un pince-nez empêche l'eau de pénétrer dans les narines et permet à ces nageuses de rester plus longtemps sous l'eau. Le gel garde les cheveux en place et le maquillage fait ressortir les expressions. Enfin, un haut-parleur sous-marin permet aux nageuses d'entendre parfaitement la musique lorsqu'elle sont sous l'eau, assurant une synchronisation au quart de seconde près.

Connu à l'origine sous le nom de ballet aquatique, la natation synchronisée a fait ses débuts au Canada dans les années 1920. Elle s'est ensuite répandue aux Etats-Unis au début des années 30, où une démonstration lors de la foire de Chicago en 1934 a donné lieu à des critiques délirantes. Sa popularité s'est encore accrue dans les années 1940 et 1950 lorsqu'Esther Williams a joué dans une série de comédies musicales aquatiques de la MGM.

La natation synchronisée a été un sport de démonstration aux Jeux Olympiques de 1948 à 1968, puis a constitué un sport à part entière à Los Angeles en 1984. Il s'agit d'un sport uniquement féminin, et les médailles ont été décernées dans deux catégories: les épreuves en duo et en ballet.

Pour ces deux épreuves, la compétition comporte un programme imposé et un programme libre, chacun d'entre eux étant exécuté en musique et en temps limité. Dans le programme imposé, les nageuses effectuent des figures imposées dans un ordre établi, y compris des poussées, des fusées, des plongées et des vrilles. Dans le programme libre, il n'y a pas de restriction concernant la musique ou la chorégraphie. Les juges de chaque programme se décident en fonction du degré de technicité et de risque, de la qualité de l'exécution, du sens de l'innovation et d'une réalisation apparemment sans effort.

Les notes en natation synchronisée ressemblent aux notes de patinage artistique. Deux ateliers de cinq juges évaluent la performance, un atelier notant le mérite technique et l'autre la qualité artistique. Dans les deux ateliers, chaque juge attribue une note sur 10.

TV - Sport en France

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge

  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC