Lavillenie écrit sa légende

Performance
Renaud Lavillenie - ©IAAF
Partagez

Renaud Lavillenie a été élu, vendredi soir, athlète de l’année par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), lors de son gala annuel organisé à Monaco. Une grande première pour l’athlétisme français, dont aucun représentant n’avait jamais reçu cette glorieuse récompense. Le Clermontois, auteur d’une saison quasi parfaite, a battu en février le mythique record du monde de Serguei Bubka en effaçant une barre à 6,16m, puis décroché son troisième titre européen en plein air à Zurich (Suisse). Favori des pronostics, il a gagné. Encore une fois.

Renaud Lavillenie et Valerie Adams - ©IAAF

Même Marie-José Pérec, double championne olympique (200m et 400m) à Atlanta (USA), n’avait pas reçu le trophée le plus prestigieux de l’athlétisme mondial, celui d’athlète de l’année. La « gazelle » s’était fait damer le pion, en 1996, par la Russe Svetlana Masterkova, elle aussi auteur d’un doublé retentissant (800m - 1500m) en Géorgie. Mais, cette fois, il était dit que l’heure d’un Français avait sonné. Et personne n’a pu résister à Renaud Lavillenie, qui faisait figure de grandissime favori. Ni le génial homme caoutchouc qatari Mutaz Essa Barshim, recordman d’Asie du saut en hauteur avec 2,43m et auquel le record du monde de Javier Sotomayor (2,45m) semble promis, sauf si Bondarenko vient lui griller la politesse. Ni l’impressionnant Kényan Dennis Kimetto, premier homme sous les 2h03 sur marathon (2h02’57’’) depuis les 42,195 km de Berlin, en septembre dernier.

Il faut dire que le Clermontois de 28 ans avait frappé un énorme coup dès le début d’année. Le 15 février, sur les terres de Serguei Bubka à Donetsk (Ukraine), il effaçait d’un centimètre le mythique record du monde du « Tsar » en franchissant 6,16m au premier essai. Blessé dans la foulée, à la suite d’une folle tentative à 6,21m, le champion olympique faisait l’impasse sur les Mondiaux en salle de Sopot (Pologne) avant de remporter, l’été venu, presque tous ses concours, dont celui des championnats d’Europe de Zurich (Suisse). L’année parfaite ?

Wilhem Belocian - ©IAAF

La soirée avait commencé idéalement pour la France, avec le trophée de l'étoile montante de l'année décerné à Wilhem Belocian. Le hurdleur guadeloupéen, champion du monde et recordman du monde juniors du 110m haies, est devenu cet été le premier athlète de sa catégorie à passer sous les 13'', en 12''99. Le triomphe de Renaud est venu compléter le magnifique tableau.


Le premier sauteur récompensé depuis Edwards

Le protégé de Philippe d’Encausse succède, au palmarès, à des légendes du calibre de Carl Lewis, premier lauréat chez les hommes en 1988, Colin Jackson, Michael Johnson, Haile Gebreselassie, Hicham El Guerrouj et Usain Bolt. Surtout, il est le premier non coureur récompensé depuis le recordman du monde du javelot Jan Zelezny en 2000, et le premier sauteur mis à l’honneur depuis le Goéland Jonathan Edwards en… 1995.

Il était dit que l’édition 2014 serait hors normes. Elle l’a été jusqu’au bout avec la victoire méritée, chez les femmes, de Valerie Adams. La spécialiste du poids a disputé quinze concours cette saison, pour autant de victoires. Encore plus fort, elle est invaincue depuis le… 18 août 2010, lors du Weltklasse de Zurich. La Néo-Zélandaise est la première lanceuse de l’histoire sacrée athlète de l’année. Historique, on vous dit.

Source : Site de la FF athlétisme

Renaud LAVILLENIE | Athlétisme | L'actu des Bleus... | Actualités

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC