L'hiver arrive !

Interview
Partagez

Lundi 6 octobre 2014, le très élyséen Pavillon Gabriel a accueilli la traditionnelle présentation des équipes de France de la Fédération française de ski (FFS) pour la saison 2014/2015.

La (presque) totalité des Bleus du ski alpin, du biathlon, du ski de Fond, du combiné nordique, du saut, du ski freestyle et du snowboard ont ainsi fait leur rentrée médiatique devant le ban et l’arrière ban de la presse sportive française. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y avait de la motivation et de l’impatience dans l’air !


Michel Vion

Cet hiver en effet, toutes les disciplines disputeront leur championnat du monde et les Français, menés par leur directeur technique national, Fabien Saguez, partent avec « beaucoup d’ambition », ainsi que l’a exprimé le président de la FFS, Michel Vion.

Certains, tels le vice-champion olympique Steve Missillier ou le jeune bosseur Benjamin Cavet, sont particulièrement attendus après leurs performances de la saison passée, tandis que d’autres, revenus de blessure, à l’instar de Tessa Worley et Marion Rolland, ou déçus de leurs résultats, notamment olympiques, partent avec un furieux appétit de podium.

La remise des épinglettes olympiques

La saison s’annonce donc pleine d’émotions, tout comme le fut, d’ailleurs, la remise, à l’occasion de cette présentation des équipes de France, des épinglettes olympiques à l’ensemble des 16 médaillés de Sotchi. En présence du Secrétaire d’État aux Sports, Thierry Braillard, et de Denis Masseglia, président du CNOSF, Guy Drut, champion olympique 1976 du 110m haies et membre du CIO pour la France, a ainsi remis 18 épinglettes olympiques, en or, argent et bronze, Martin Fourcade héritant de 3 d’entre elles.

Derrière-nous donc, mais toujours en mémoire, les exploits de Sotchi, place à la saison 2014-2015… l’hiver arrive !


Les réactions

Fabien Saguez, Directeur technique national :

Fabien Saguez

« Trois mots pour dessiner la saison à venir : "Obligation", de résultats notamment... "Intense", parce qu’il va y avoir des championnats du monde dans toutes les disciplines... Et "Émotions", parce qu’il y aura beaucoup d’épreuves en France et notamment une belle finale de Coupe du monde.






Martin Fourcade, biathlon :

Martin Fourcade

« Je vais beaucoup mieux depuis quelques semaines. Je retrouve progressivement mes sensations et ça fait du bien. Je serai avec le groupe la semaine prochaine à Oberhof (Allemagne) pour préparer la saison. J’espère qu’il n’y aura pas eu trop de conséquences. Si les restes de ma mononucléose me laissent tranquille, je ne suis pas très inquiet. Après, j’ai toujours envie de me dépasser au quotidien. J’ai eu une période de flottement la semaine après les Jeux Olympiques où je me suis dit que j’avais tout gagné et où je me suis demandé si j’allais trouver la motivation pour continuer. On s’est ensuite retrouvé avec le groupe en Slovénie, dans une petite station, pour une Coupe du monde qui n’était pas forcément la plus excitante et j’ai eu la même envie de gagner et de me dépasser. Ça m’a beaucoup rassuré… »



Tessa Worley, ski alpin :

Tessa Worley

« Je vais prendre chaque départ avec la volonté de skier le plus vite possible. Pour autant, je ne peux pas prédire ce qu’il va se passer à Sölden (Autriche), lors de la première étape de Coupe du monde. J’ai profité de ces quelques mois de blessures pour travailler sur mes points faibles, sur ma patience notamment ou le manque de sérénité occasionnel. J’ai aussi eu le temps de me poser et de remettre tout à plat, pour mieux savoir où je vais. On va dire que c’est une deuxième partie de carrière qui commence et j’ai envie de la mener comme je le souhaite. J’ai vraiment fait une bonne rééducation et je sens que je suis sur la bonne voie. Je suis convaincue de ce que je fais. C’est une saison importante avec les Mondiaux. Je serai au départ avec l’intention de défendre mon titre après je n’ai aucune idée de la tournure que va prendre cette saison qui commence. J’aimerai parvenir à retrouver mon niveau voire à l’améliorer. Mais combien de temps il faudra, je ne le sais pas. »



Jason Lamy Chappuis, combiné nordique :

Jason Lamy Chappuis

« Le piège s’est de retomber dans ses habitudes d’avant saison, de ne pas se remettre en question pour essayer de progresser. Je trouve que le fait qu’il y ait un groupe différent, avec l’intégration de jeunes, ça donne l’envie d’aller plus loin dans l’entraînement. L’année dernière, c’est la saison où je me suis le mieux entraîné, où j’étais le plus consciencieux, où j’ai fait le plus d’heures. Mais du coup, il m’a manqué un peu d’envie et de fraîcheur. Il y a un peu plus de ludique aujourd’hui dans mon quotidien. J’ai eu du mal à trouver la motivation après mon titre olympique à Vancouver. Là, j’ai eu deux mois de digestion très difficile, mais après, une fois de retour à l’entraînement, j’ai retrouvé ce sentiment, cet esprit de revanche, de compétition, pour revenir au plus haut niveau et progresser. Mes moins bons résultats m’ont donné envie de rebondir. »



Kevin Rolland, ski halfpipe :

Kevin Rolland

« Même si ce n’est pas une année olympique, on a plein de challenges qui se profilent : les championnats du monde, les X-Games, la Coupe du monde à Tignes. Donc à fond, avec la patate et prêt à attaquer cet hiver ! »







Paul-Henri de le Rue, snowboardcross :

Paul-Henri De Le Rue et Pierre Vaultier

« Je suis heureux d’avoir vécu des émotions extrêmement intenses aux Jeux. Cette saison, j’ai eu un deuxième enfant et je mets beaucoup d’énergie dans ma reconversion professionnelle. J’ai envie de m’apporter une stabilité professionnelle dans le sens où si demain je tape la tête, il faudra que j’arrête ma carrière. Je prépare des conférences pour des séminaires d’entreprises en intervenant sur la gestion du doute, du risque, de la performance. Cela me permet de tout ordonner, de structurer ma pensée, de faire un bilan. Pour le reste je m’éclate, j’adore ce que je fais et c’est le plus important. »



Marie Martinod, ski halfpipe :

Marie Martinod

« On a la chance d’avoir la finale des Coupes du monde à Tignes, chez moi, cette année. Ça va être génial d’autant que j’adore les compétitions à la maison, encore plus lorsqu’il y a de l’enjeu. Là, il s’agit d’une finale donc ça va vraiment être chouette. Et puis voir un peu d’investissement de la part des stations françaises dans le halfpipe, une discipline qui est en difficulté, je trouve ça royal. Ça va envoyer sévère ! »




Simon Fourcade, biathlon :

Simon Fourcade à Sotchi

« La préparation se passe plutôt bien. Pas de méforme, pas de blessure. J’ai été un peu malade en début du stage dernier, ce qui m’a fait perdre deux jours mais tout est rentré dans l’ordre et je ne pense pas que cela prête à conséquence pour la suite. C’est donc plutôt une bonne préparation dans l’ensemble. Je suis motivé, prêt à repartir. J’ai eu un petit peu moins de niaque pour reprendre suite à la saison olympique, et je me suis donc relancé peut-être un peu plus tard. Désormais, tout est rentré dans l’ordre, même si, je ne le cache pas, je prends un peu plus de temps pour moi que les saisons passées. J’ai trente ans et je crois qu’aujourd’hui, c’est mon corps qui le demande aussi. Je n’arrive plus à être la tête dans le guidon sans en sortir comme ce fut le cas par le passé. C’est une nouvelle manière d’approcher ma préparation et ma saison. On verra si ça porte ses fruits à partir de cette année mais en tout cas, je m’amuse et je me fais toujours autant plaisir. C’est le principal je pense. Cela me permettra peut-être de mettre moins d’investissement. On se sent un peu moins tributaire du résultat en ayant quelque chose à côté que s’il n’y a rien et que l’on ne pense qu’à ça. C’était sans doute un peu trop le cas pour moi dans le passé. Je n’ai pas construit cela pour cette raison, mais si cela peut m’apporter un plus également, alors tant mieux parce que l’ambition est là. »



Benjamin Cavet, ski de bosses :

Benjamin Cavet à Sotchi

« La barre est plus haute. Le fait d’avoir fait des résultats me permet d’être plus calme à l’entraînement et d’être plus exigeant. Il y a des sauts que j’ai réalisé en waterjump triple fool et un cork 1440, en gros, un tour de plus que les sauts réalisés aux Jeux Olympiques que j’aimerais bien réaliser sur neige la saison prochaine. Je suis serein. J’ai hâte de m’entraîner et d’arriver prêt pour les premières courses. Il n’y a pas de changement de statut au sein de l’équipe, c’est l’entraînement comme avant. Au niveau des adversaires, je serais peut-être un peu plus observé. Je vais bénéficier d’un bon dossard également. J’aimerais bien gagner une étape de Coupe du monde et être dans le Top 5 du classement mondial cette année. »



Perrine Laffont, ski de bosses :

Perrine Laffont à Sotchi

« Les Jeux Olympiques ont été une grosse expérience. Cela m’a beaucoup servi pour les Coupes du monde suivantes où j’ai fait de bons résultats. On va attendre plus de moi maintenant que j’ai fait mes preuves. C’est une année de confirmation qui s’ouvre. Mon objectif c’est de faire des finales à chaque coup et d'être dans le Top 16 mondial. Je suis entrée en première S cette année et je passerai les épreuves du bac comme les autres. Je ne louperai pas de stage mais c’est sûr que je n’aurai pas de temps de repos derrière. Je vais être obligée de jongler. Je ne ressens pas de pression au niveau du ski, mais plus au niveau de l’école. Il faut que je mette les bouchées doubles, je n’ai pas envie de redoubler. Je vais essayer d’évoluer dans mon ski, mes sauts, de tenter de nouvelles choses pour que d’ici deux ans, je puisse rentrer vraiment dans le vif du sujet et être dans les meilleures mondiales. »

Martin FOURCADE | Tessa WORLEY | Jason LAMY CHAPPUIS | Kévin ROLLAND | Paul-Henri DE LE RUE | Marie MARTINOD | Benjamin CAVET | Perrine LAFFONT | Simon FOURCADE | Le Mag' des Bleus | Actualités

TV

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC