De sept à huit...

Photo FFJDA
Partagez

Teddy Riner, la passe de 7

On le savait attendu et il a répondu présent, notre monument français s'est une nouvelle fois affirmé comme le grand patron des + 100 kg.
Indétrônable, Teddy Riner a montré, sur les tatamis de Chelyabinsk, tous ses talents physiques que l'on connaissait déjà mais surtout il a impressionné de ses atouts techniques avec des liaisons debout/sol remarquables. Dès son entrée en lice, Teddy a fait vibré la Traktor Arena en projetant l'Israélien Or Sasson sur osoto-gari (ippon) en 49 secondes. Encore plus rapide au deuxième combat, il a envoyé au tapis Michal Horak (CZE) sur uchi-mata en 37 secondes.
Sur son quart de finale face à la star locale, Renat Saidov, Teddy, solide comme un roc, a renversé la montagne russe sur un sutemi (waza-ari) avant de le coincer au sol, la demi-finale est assurée ! Opposé à son grand rival, le Brésilien Rafael Silva (n°1 mondial), notre champion olympique a confirmé sa progression en ne-waza en étranglant son adversaire sur koshi-jime (ippon).
Plus qu'à un pas du septième sacre ! Confronté au poids lourd japonais, Ryu Shichinohe, Teddy a pris en main cet ultime combat. Fort sur le kumi-kata, le Français fait subir la pression à son adversaire. Premier shido, deuxième shido...troisième shido ! Le japonais inactif depuis le début a réagi dans les 30 dernières secondes surprenant le tricolore sur o-uchi-gari mais Teddy s'est retourné à temps. Le Levalloisien est resté sur ses gardes et a maintenu son avantage jusqu'au bout. Pas de ippon pour cette fois-ci, mais une victoire qui lui a assuré un septième titre mondial, rien que ça !

Clarisse Agbegnenou prend sa revanche, et l'or

L'hymne national n'avait pas attendu Teddy pour retentir à la Traktor Arena. Clarisse Agbegnenou (- 63 kg) fut en effet la première française sacrée. La double championne d'Europe est montée crescendo dans son parcours assurant tranquillement ses victoires. Au premier tour, elle gère son avantage d'un yuko sur ippon-seoi-nage pour devancer la Suédoise Anna Bernholm. Très offensive, Clarisse contre ensuite le uchi-mata de la Chinoise Wen Zhang (yuko) avant de la faire vaciller sur ura-nage (yuko). Face à l'Italienne Edwige Gwend un ko-uchi-gari (yuko), lui assure une place en demi-finale. Elle y retrouve sa compatriote Anne-Laure Bellard, tombeuse de l'Espagnole Isabel Puche sur sumi-gaeshi (2 waza-ari), de la Brésilienne Mariana Silva et de l'Autrichienne Kathrin Unterwurzacher avec un waza-ari sur uchi-mata. Clarisse sera néanmoins sa dernière adversaire du jour, cette dernière marquant waza-ari sur un puissant kubi-nage avant d'enchaîner au sol. En finale, l'Israélienne Yarden Gerbi ne refait pas vivre à Clarisse sa déception de l'an passé. Ou plutôt, c'est Clarisse qui ne lui laisse pas de répit, prenant l'avance sur koshi-guruma (yuko) avant de la "planter" sur un foudroyant o-goshi.

Audrey Tcheuméo ramène l'argent

Alors que tout se passait bien au premier tour pour nos engagés du jour, Fanny-Estelle Posvite (- 70 kg), Lucie Louette-Kanning (- 78 kg) et Alexandre Iddir (- 90 kg) ont fléchi au second combat laissant échapper leurs espoirs de médaille. Seule Audrey Tcheuméo, puissante sur le kumi-kata, s'en sortait, renvoyant au vestiaire l'Espagnole Marta Tort Merino, ippon sur osoto-gari en reprise de garde, contrant la Cubaine Yalennis Castillo (waza-ari) avant de l'immobiliser au sol et détrônant la tenante du titre, la Nord-Coréenne Kyong Sol dès la première minute du combat sur un foudroyant haraï-goshi. OEn finale face à la Brésilienne Mayra Aguiar en finale, Audrey, pourtant dominante, s'est laissée surprendre, par un taï-otoshi à raz du sol (waza-ari). La Française n'est pas arrivée à revenir au score et s'est inclinée dans cet ultime combat. Du bronze l'an dernier, de l'argent cette année... la logique serait de l'or pour l'année prochaine, espérons-le !

Loïc Piétri (-81kg) en bronze

Du bronze par défaut, pour notre champion du monde 2013 qui souhaitait conserver sa couronne ! Bien parti en début de journée, il confirme son statut de leader en s'imposant face au Coréen Seungsu Lee, un waza-ari sur un seoi inversé au premier tour. Il continue son ascension, battant le Portugais Diogo Lima sur ippon-seoi-nage avant de se défaire du Suédois Robin Pacek sur morote-seoi-nage. Le tenant du titre ne sait pas laissé déstabiliser par les encouragements du public pour leur star locale, le Russe Ivan Nifontov. Loïc, bien concentré assure de deux yuko sa place en demi-finale. Mais en deuxième partie de journée, notre vice-champion d'Europe, sans solution, fléchit d'un shido contre le médaillé olympique canadien Antoine Valois-Fortier. Il ne conservera pas son titre mais assure au moins une médaille de bronze menant sa place de 3 face au Japonais Takanori Nagase d'un waza-ari sur un contre d'uchi-mata.

Automne Pavia ouvre son compteur mondial

Tout comme à Londres en 2012, Automne Pavia ouvre son compteur en championnats du monde par une médaille de bronze. Elle entame tranquillement sa journée en battant le Chinoise Yang Liu d'un waza-ari sur kubi-nage au premier tour avant de subir une grosse frayeur face la Polonaise Arleta Podolak (championne du monde juniors) qui déstabilise notre championne d'Europe sur uchi-mata/maki-komi (waza-ari). Mais Automne impose son rythme et, voit son adversaire sanctionnée et défaite quatre shido hansoku-make. En quart de finale, elle retrouve l'Autrichienne Sabrina Filzmoser qui ne trouve toujours pas les réponses face à Automne et s'incline rapidement sur o-uchi-gari (waza-ari) avant d'enchaîner sur osoto-gari/ko-soto-kage (ippon). En demi-finale, opposée à la Japonaise Nae Udaka (2e au TPIF), la Française fléchit d'un yuko sur o-soto-gari et laisse échapper une place en finale. La place de 3 se joue face à la Brésilienne Rafaela Silva (championne du monde 2013) qui l'avait, rappelez-vous, stoppé en demi-finale à Rio l'an dernier. Dominée par la Brésilienne en début de combat d'un yuko sur contre d'uchi-mata. Automne relance la machine pour rattraper son retard : elle égalise sur uchi-mata. Au golden score, Automne met les bouchées doubles et sanctionne d'un shido son adversaire. Un shido qui lui permet de monter pour la première fois sur le podium mondial.

Amandine Buchard a prouvé qu'elle fait bien partie des meilleures mondiales de sa catégorie en montant sur la troisième marche du podium et en décrochant la première médaille des Bleus. Au premier tour, Amandine disposait de la championne olympique Sarah Menezes d'un yuko sur sode-tsuri-goshi. Le ton était donné et confirmé face à la Zambienne Abigail Chindele dans un combat rapidement terminé avec deux waza-ari sur kata-guruma. En quart de finale, Amandine fait subir d'entrée de jeu son tokui-waza à l'Ukrainienne Maryna Cherniak (waza-ari) pour assurer une place en demi-finale. Mais le doute l'envahit face à la redoutable Argentine Paula Pareto, médaillée de bronze aux JO de Pékin en 2008. La Française se laisse avoir sur un sode-tsuri-komi-goshi (waza-ari) et ne parvient pas à remonter au score malgré ses tentatives d'attaques. En place de 3, opposée à la star locale Alesya Kuznetsova, Amandine est pour le coup imperturbable ! Précise sur les mains, forte au kumi-kata elle s'impose d'un yuko qui lui assurera une place sur le podium.

Les filles s'offrent l'or mondial et un tour de grand 8 !

La dernière journée de compétition, dimanche 30 septembre a apporté un nouveau titre mondial, avec la victoire de l'équipe de France féminine. Après s'être défaites des Tunisiennes avec un score de 3-2, les filles se sont imposées 4-1 devant la Slovénie. En demi-finale assurée, les filles ont mis un point d'honneur à devancer l'équipe du Japon. Après la défaite d'entrée d'Annabelle Euranie qui s'est laissée surprendre au sol alors qu'elle menait yuko, Automne Pavia s'est déjoué de la tenante du titre Nae Udaka sur haraï/maki-komi, puis Clarisse Agbegnenou a relancé la machine en menant son combat d'un waza-ari sur maki-komi. Margaux Pinot a suivi le même rythme pour trouver la victoire sur ippon-seoi-nage. Les Bleues entraient en finale.

Dans cet ultime rencontre les Françaises rencontraient les redoutables Mongoles. Après la victoire de Priscilla Gneto puis la défaite d'Automne Pavia, Clarisse Agbegnenou a confirmé sa suprématie avant une nouvelle égalité, 2-2, après la le shido de trop, fatal à Margaux Pinot. Audrey Tcheuméo a finalement donné le coup de grâce en lançant haraï-goshi (ippon) ! Après sept médailles individuelles, l'équipe de France féminine a clôturé en beauté ces championnats du monde par une huitième, du plus bel or.

Opposés aux Brésiliens, les Français se sont fait écarter dès le premier tour avec un score de 3-2. Défaite d'Adrien Bourguignon mais Ugo Legrand a remis les compteurs à zéro en battant son adversaire d'un yuko avec un contre en sukashi. Le clan brésilien a repris le dessus avec la défaite d'Alain Schmitt qui s'est fait contrer sur o-uchi-gari et d'Alexandre Iddir qui, malgré sa bonne forme en première partie de combat, s'est laissé mener d'un waza-ari par Camillo. Teddy a apporté son point juste pour l'honneur. Triste défaite pour les Bleus qui avaient largement leur place sur le podium.

Source : FFJudo

Teddy RINER | Priscilla GNETO | Audrey TCHEUMEO | Automne PAVIA | Judo | L'actu des Bleus...

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC