Baptiste Amar : "De belles choses à faire valoir"

Interview
Baptiste Amar - ©Xavier Lainé / FFHG
Partagez

Du 9 au 25 mai 2014, l'équipe de France de hockey-sur-glace sera à Minsk (Biélorussie) pour se frotter à l'élite mondiale. Au lendemain d'une phase de préparation aboutie, avec 4 victoires en 8 rencontres, les Bleus prendront part à leur 7ème championnat du monde consécutif. Une belle série qu'ils entendent poursuivre, avec en ligne de mire le maintien dans le groupe A à obtenir. Pilier défensif du collectif et cadre emblématique de ce groupe France, Baptiste Amar, futur jeune retraité du palet, fait le point sur ce Mondial et évoque les ambitions tricolores...

©Xavier Lainé / FFHG

Comment te sens-tu à quelques jours du Mondial ?
Plutôt pas mal. On sent que l’excitation monte à l’approche du début de la compétition. On est assez content de notre phase de préparation et on va maintenant rentrer dans le vif du sujet.

Le « vif du sujet », c’est une entame face au Canada, champion olympique en titre. Un gros morceau d’entrée donc…
On a forcément beaucoup de respect pour cette équipe du Canada mais depuis à peu près deux ans maintenant, on a un discours collectif, insufflé par le staff, qui veut que l’on essaie d’obtenir de bons résultats contre toutes les équipes, même contre les ténors mondiaux. On va donc entrer dans cette compétition face aux Canadiens avec de l’ambition, en se disant « pourquoi pas ? », en jouant le match à fond, sans forcément trop en garder sous la pédale, mais juste avec l’envie de faire un résultat.

©Xavier Lainé / FFHG

En parlant d’approche collective, dans quel état d’esprit se trouve le groupe ?
Comme je le disais, on a réalisé une préparation plutôt bonne, qui a apporté de la confiance au groupe. On récupère en plus nos deux « Nord-Américains », qui évoluent en NHL, Stéphane Da Costa et Antoine Roussel, qui vont évidemment apporter leur niveau individuel. D’autant qu’il n’y a aucune inquiétude quant à leur intégration au sein du groupe puisqu’ils étaient déjà avec nous les années précédentes. C’est de la valeur ajoutée supplémentaire qui va nous rejoindre à présent. Je pense que le tournoi s’annonce compliqué, comme chaque année, mais on a de belles choses à faire valoir.

Sans forcément parler des individus, quels sont, pour toi, les points forts de l’équipe de France ?
On est très attachés à la valeur collective, aux valeurs de travail, d’humilité, de cohésion. C’est parfois ce qui a pu faire la différence face à d’autres équipes qui étaient individuellement plus forte que nous. Avec notre état d’esprit et notre fierté de porter ce maillot on a réussi à battre des adversaires de haut niveau. Aujourd’hui, on s’améliore techniquement et nos jeunes joueurs, qui partent à l’étranger de plus en plus tôt, élèvent le niveau général de l’équipe. Mais on tient tout de même à préserver cette fondation de cohésion qui peut parfois faire la différence avec d’autres Nations.

Assurer le maintien dans l’élite

La France a terminé treizième du dernier championnat du monde, en 2013. Avez-vous un objectif précis cette année ?
On veut assurer le maintien dans l’élite le plus rapidement possible. Dans cette optique, le deuxième match, contre l’Italie, l’équipe qui est montée du groupe B, sera crucial. Après, on a vu ces dernières années que l’écart entre le maintien et les quarts de finale pouvait se jouer à pas grand-chose. Donc très clairement, une fois le maintien obtenu, on essaiera de se rapprocher des quarts.

©Xavier Lainé / FFHG

D’un point de vue plus personnel, tu as annoncé la fin de ta carrière récemment. Dans quel état émotionnel te trouves-tu pour tes dernières apparitions avec le maillot bleu ?
J’essaie de profiter de chaque instant et de mettre cet aspect émotionnel de côté justement. Je suis avant tout pleinement concentré sur l’objectif collectif mais peut-être, en effet, que je serais rattrapé par cette dimension sur les derniers matchs. Je souhaite surtout apporter le plus possible à l’équipe, participer à la dynamique positive et profiter, encore une fois, de ces moments qui sont très particuliers et que l’on a la chance de vivre dans les sports collectifs.

J’essaie de profiter de chaque instant

En parlant de dynamique, on imagine qu’elle va se poursuivre pour le hockey tricolore avec l’organisation du Mondial en 2017, en association avec l’Allemagne…
Tout à fait, depuis l’attribution du Mondial à la France et à l’Allemagne on sent qu’un gros travail va être entrepris pour la promotion du hockey-sur-glace en France. Il va d’ailleurs falloir que je réfléchisse à comment je pourrais éventuellement personnellement participer à ce gros projet.

©Xavier Lainé / FFHG

La non-qualification pour Sotchi est-elle encore bien présente dans les têtes où est-ce pleinement digéré ?
Cela fait maintenant plus d’un an, donc oui. Mais évidemment que pour ma génération ça a été un coup dur puisque c’était notre dernière occasion de participer aux Jeux Olympiques. Ça nous a fait d’autant plus apprécier la chance que l’on a eu de faire partie de la dernière aventure olympique de l’équipe de France, à Salt Lake City (USA), en 2002. C’est le lot de toute carrière sportive : il y a des hauts et des bas. Et cette non-participation aux JO a été un moment très difficile, c’est sûr…

T’es-tu déjà projeté sur ta reconversion ou est-ce encore un peu tôt ?
J’ai essayé de me projeter assez tôt en fait puisque j’ai fait des études d’ingénieur en parallèle du hockey-sur-glace et j’ai même, par la suite, exercé une double activité, à la fois ingénieur et hockeyeur. Aujourd’hui, je n’ai pas de piste sérieuse mais j’ai essayé d’anticiper le mieux possible et de préparer cette reconversion. Je vais aussi entrer dans le vif du sujet de ce point de vue-là après les championnats du monde.

Baptiste AMAR | Hockey sur glace | Le Mag' des Bleus

TV

Expérimentation

Pour les départements de l'Orne, de la Vienne et des Bouches-du-Rhône

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC