Loic Korval : "Le Korval style"

Interview
Loic Korval
Partagez

En 2010, pour sa première participation aux championnats du monde, au Japon, le pays du judo, il décroche la médaille de bronze. Depuis, Loic Korval a vécu des moments plus compliqués sur les tatamis. Mais, depuis sa victoire en octobre dernier aux championnats de France de deuxième division, quasi immédiatement suivie par son sacre en première division, le judoka tricolore a refait surface. Le voilà en lice pour l'Euro avec l'ambition de décrocher l'or, comme il l'a annoncé.

Comment te sens-tu à l’approche de ce championnat d’Europe ?
Très bien ! J’ai eu quelques petits soucis de santé qui sont en train de se régler

Ta dernière sortie en Coupe du monde, en Turquie, avec l’argent en bout de tournoi, a dû te donner confiance ?
Oui c’est sûr… On va dire que c’était une compétition à la détermination. C’était plus une question de principe : je ne voulais pas perdre ! Mais je sors d’un mois et demi sans entraînement à cause de ma blessure à l’ischio gauche. Et j’ai senti que je n’étais pas encore tout à fait remis. Je l’ai senti très léger durant la compétition. Un tournoi réalisé à 60-70% de mon état de forme optimal.

Le soutien du public, ça va être le plus de l’équipe de France

Vivre une grande compétition internationale de ce type à domicile, c’est toujours un sentiment particulier non. Comment vis-tu cette sélection ?
Je la vis avec énormément de bonheur ! C’est génial de pouvoir faire les championnats d’Europe à Montpellier, une ville que j’adore qui plus est. La salle est belle et le public sera présent… ça risque d’être un événement très bruyant ! Le soutien du public, ça va être le plus de l’équipe de France et une source de motivation afin qu’on aille tous chercher le podium.

Quel est ton objectif à Montpellier ? Tu vas nous dire la gagne ?
Clairement. Je veux gagner ! Je l’ai annoncé, je serai champion d’Europe ! C’est une certitude ! Après, il y a le dire et il y a le faire. Le faire, ça va nécessiter de passer par une grande concentration, avec une remise en question à chaque match, à chaque moment même. Je sais que les adversaires sont tout aussi motivés et forts que moi et que tout le monde veut la médaille d’or. Je vais tenter d’apporter mon truc en plus… le « Korval style » !

Cette catégorie des moins de 66 kg est particulièrement relevée en France. Comment ça se passe au quotidien ?
On ne se pose pas la question tous les jours en fait. Mais sur des événements majeurs comme des Grand Prix ou grands championnats, c’est forcément très motivant. On sait très bien qu’on est tous des adversaires de valeur. On s’entraîne beaucoup sur nos qualités respectives. David (Larose), c’est quelqu’un qui marche par éclairs de génie. Dimitri (Dragin) plus sur des reprises, des changements de rythme, et moi plus au tempo. On a des qualités différentes, mais on sait que ça gagne et c’est motivant de se dire qu’on est suivi de très près et que si l’on veut la première place il faut à chaque fois se surpasser.

Bien sûr que l’envie des Jeux est là, mais c’est lointain encore...

Est-ce que tu te projettes déjà sur les JO de Rio ?
Oui et non… Ça fait quatre ans cette année que j’ai été médaillé mondial et je suis passé par beaucoup de phase durant ces quatre ans. Du top du top aux grosses blessures… Des gros flops aussi. En ce moment je suis en pleine remontée mais je sais très bien qu’une olympiade c’est long. Certes il ne reste que deux ans, mais deux ans c’est aussi une éternité. Bien sûr que l’envie des Jeux est là, comme tout athlète qui pratique une discipline olympique. Mais c’est lointain encore, c’est un rêve enfoui pour le moment. Le rêve actuel c’est d’être bon aux championnats d’Europe et surtout d’aller chercher le titre mondial en Russie.

C’est la fin des championnats d’Europe. On te laisse imaginer la scène…
Ahhhh ! Je me dis que je l’avais annoncé ce titre !

Et la médaille alors, tu la croques ou tu l’embrasses ?
Je crois que je l’admire pendant au moins cinq minutes (rires) ! Je lui dis que je l’ai désiré grave, je lui transmets tout mon amour !!! Et après je l’embrasse bien sûr !

Judo

A la Une

Trombi

Soutiens ton Club !

Incontournable

TV - Sport en France

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Cocacola

  •  intel
  •  Omega
  •  Panasonic
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  • Le Coq Sportif
  •  Orange
  •  Sanofi
  • Accor Live Limitless
  • Cisco
  • FDJ
  •  pwc