Gouren

Partagez

Le gouren est la lutte traditionnelle de Bretagne. Importée en Armorique par les Bretons de Grande Bretagne au IVe siècle, le gouren était à ce moment là un sport très prisé, et pratiqué uniquement par les nobles.

Le gouren est un sport qui se pratique uniquement debout. Le but est de marquer un Lamm, c’est à dire de projeter son adversaire sur les 2 épaules. Les lutteurs accrochent leurs mains dans la roched (chemise), au dessus de la ceinture. Avec leurs pieds ils peuvent faire des fauchages, barrages, balayages, ou des kliked (enroulés de jambe). Les attaques de jambes doivent rester en dessous de la ceinture. Lors des projections, l’attaquant est obligé d’accompagner la chute de son adversaire, afin d’assurer sa sécurité et par la même occasion le résultat.

Toute violence est proscrite, tant verbale (intimidation, insulte) que physique (coup, étranglement, clés,...). Le refus de combat est sanctionné, un lutteur doit en permanence attaquer, contre attaquer ou se laisser attaquer. Il est donc interdit de tenir l’adversaire à distance en tendant les bras ou en le bloquant avec sa tête, en repoussant ses cuisses avec les bras, ou en restant dans une position de défense pendant une durée exagérée. Lors d’une projection, le lutteur qui projette d’abord son bras au sol pour éviter le résultat est considéré comme étant en refus de combat.

A l’annonce de leurs noms, les deux lutteurs se présentent sur l’aire de combat (palenn en saison d’hiver, lice de sciure l’été) et se voient remettre chevillère, rouge ou verte. L’arbitre central dit alors « prestoc’h », pour que les lutteurs se rejoignent au centre de l’aire de combat et fassent l’accolade. Le combat débute sur l’ordre « Krogit », par une poignée de mains entre les lutteurs. Après chaque chute les lutteurs se resserrent la main, pour montrer leur respect du serment. Lorsqu’ils sont arrivés trop près du bord, les arbitres donnent l’ordre « E Kreizh », pour qu’ils arrêtent leur prise et reviennent au centre de l’aire de combat. A tout moment un des arbitres peut arrêter le combat en prononçant « Ehand ». Le combat est fini lorsque l’arbitre annonce « Dibenn ».

La durée d’un combat dépend de la catégorie d’âge, et du type de compétition. Pour les seniors, les grands championnats enregistrent des combats de 7 minutes. A la fin du temps réglementaire, si les lutteurs sont à égalité de Kostin et de Poënt, il y a « Astenn » (prolongation ). A la fin de l’astenn, on prend en compte les Fazis et les Kein. Si les deux lutteurs sont toujours à égalité il y a « Diviz » (Décision des arbitres ). Chaque arbitre vote à bulletin secret. S’il n’y a pas 2 arbitres au moins ayant le même avis, il y a « Kouezh » : le premier lutteur qui fait tomber son adversaire grâce à une prise pouvant entraîner un point gagne le combat. Le combat se finit par l’annonce du vainqueur et l’accolade entre les deux adversaires.


A la Une

Soutiens ton Club !

Incontournable

TV - Sport en France

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge

  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  •  Orange
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC