Steve Missillier : « Tout le monde est motivé »

Interview
Steve Missillier
Partagez

Déjà très en jambes pour la reprise de la saison, avec une belle 4ème place lors du géant de Sölden (Autriche), il y a 15 jours, Steve Missillier rechausse les skis ce week-end (17 novembre 2013), pour disputer le premier slalom de la saison, sa discipline de prédilection, à Levi (Finlande). Au sein d'un groupe France dense, ambitieux, plein de potentiel, il fait son trou et s'affirme comme un élément capable d'aller chercher les places sur les podiums, l'un de ses objectifs avoués de l'hiver, tout comme, d'ailleurs, la qualification pour les Jeux Olympiques de Sotchi...

Tu fais un bon début de saison, avec notamment cette 4ème place en géant à Sölden. Comment te sens-tu actuellement ?
Attaquer la saison par un bon résultat, c’est vrai que ça met en confiance pour la suite. Ça valide aussi tout le travail qui a été fait pendant la longue période de préparation. Oui, ça donne confiance. Après, il y a encore d’autres choses à faire, encore beaucoup de travail, mais c’est bon, c’est encourageant.

Il y a une grosse densité.

Sur cette première étape de coupe du monde, le collectif masculin a réalisé un joli tir groupé. L’équipe semble assez homogène et, a priori, chacun peut tirer son épingle du jeu. Que penses-tu de cette équipe de France et comment vit le groupe ?
C’est certain qu’en géant il y a une grosse densité. Nous nous en rendons bien compte et nous le vivons au quotidien lors des entraînements, où nous sommes au moins six à se tirer la bourre. Après, c’est plus rare que nous soyons tous aussi proches des premières places en course, avec le jeu des dossards et les conditions. Mais à l’entraînement nous sommes assez proches les uns des autres.

Tu ressens un vrai potentiel dans cette équipe ?
Ce serait assez facile de s’emballer après les bons résultats de Sölden… Je pense surtout que nous avons tous fait une très bonne deuxième manche en Autriche, alors que la première était bien, mais pas aussi exceptionnelle que la seconde. Donc il faut rester calme. Après, le groupe a pas mal de vécu et d’années d’expérience, même si des jeunes arrivent. Nous nous entraînons depuis longtemps ensemble. Des anciens reviennent, des jeunes poussent et au milieu de ça il y a une bonne meute. Nous essayons de tenir notre place.

Tu finis 13ème au classement de la Coupe du monde de slalom la saison passée, 17ème en géant. Quels sont tes objectifs pour cette nouvelle année ?
Je vais essayer de monter sur des podiums, plutôt en slalom, qui reste ma discipline forte, même si je n’étais pas loin en géant cette fois-ci. J’ai aussi envie de me qualifier pour les Jeux Olympiques dans ces deux disciplines, avec le meilleur dossard possible. Pour cela, il faut que je fasse le meilleur début de saison possible et que je marque un maximum de points.

©FF Ski

Justement, les Jeux, tu les as forcément en tête. Ce serait ta deuxième participation. Comment abordes-tu cette échéance ?
Pour l’instant assez calmement. C’est encore loin et il y a beaucoup de courses importantes à courir, déjà pour se qualifier, mais aussi pour tenter d’y aller avec le maximum de chances. Le dossard est très important dans notre sport. Il faut arriver aux Jeux en étant au minimum dans les quinze meilleurs mondiaux. Je prends les courses les unes après les autres.

Il y a vraiment moyen de faire de beaux JO.

Tu étais à la présentation des Jeux Olympiques de Sotchi, le 14 octobre dernier, au CNOSF. Peux-tu nous donner ton sentiment sur cette équipe de France Olympique et sur l’état d’esprit qui y règne ?
Je crois que tout le monde est motivé. Il me semble qu’il y a eu de bons résultats dans toutes les disciplines l’hiver dernier, du coup tout le monde est remonté à bloc. Sans doute que chacun en a rajouté une couche au niveau de l’entraînement, à l’approche du rendez-vous olympique. Nous avons de bons leaders. Il y a vraiment moyen de faire de beaux Jeux Olympiques je pense.

©FF Ski

Sens-tu une harmonie, une osmose particulière lorsque vous vous regroupez, comme ce fut le cas à Prémanon en mai dernier par exemple ?
Ce qui était vraiment intéressant à Prémanon, c’était de découvrir les disciplines que l’on connait moins, même si le gros de l’effectif reste tout de même celui de la Fédération française de ski. Je connais pas mal d’autres athlètes aussi par le biais de l’équipe de France militaire. Pouvoir échanger avec des sportifs que l’on a moins l’habitude de voir, de côtoyer, c’est bénéfique. Je pense que tout le monde était ravi de ce stage et de la manière dont ça s’est passé.

Que peut-on te souhaiter ?
Un peu de chance, pas de blessure et puis… (rires) à fond ! A fond les médailles !

TV

Expérimentation

Pour les départements de l'Orne, de la Vienne et des Bouches-du-Rhône

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC