Volley Euro2013 : l'analyse du DTN...

Interview
Partagez
©FFVB

En poste depuis le 1er juillet 2013, Cyrille Boulongne-Evtouchenko est le nouveau directeur technique national du volley-ball tricolore. Entre un inévitable audit des ressources humaines fédérales placées sous sa responsabilité, la co-écriture du projet fédéral et la préparation des championnats d’Europe masculin et féminin, le programme estival de l’ancien entraineur de l’équipe masculine de l’Asnières Volley 92 a logiquement été particulièrement chargé.

Entraineur des équipes féminines du Stade français et de l’ES Meylan/La Tronche, préparateur physique et responsable du centre de formation de l’AS Cannes, mais aussi engagé ponctuellement auprès des équipes de France, comme statisticien ou manager des juniors, Cyrille Boulongne- Evtouchenko a pu, au cours de sa carrière, acquérir une expertise globale. Il revient pour nous sur les principaux points de sa rentrée...

Les grandes orientations du projet fédéral : Rio et les territoires
Les négociations sur la convention d’objectif arrivant rapidement, nous sommes très actifs sur le projet fédéral. Celui-ci est pour l’instant articulé autour de deux axes principaux : un projet olympique qui défend de façon égalitaire les garçons et les filles en vue d’une participation aux Jeux de Rio, et, parallèlement, un plan de développement, le « projet zénith », de synergie des territoires. Ce sont les deux orientations actuelles, mais je pense qu’au terme de notre travail de réécriture, de nombreux autres éléments seront inclus dans le projet fédéral finalisé.

La fédération : indoor, beach… et un élan nouveau
J’ai la responsabilité des équipes de France. Cela inclue l’indoor masculin et féminin et le beach volley. Cela fait quatre portes d’entrée pour accéder aux Jeux Olympiques. Ce n’est pas négligeable. Nous sommes en réflexion sur les manières de mieux développer le haut-niveau en beach-volley.
Nous avons par ailleurs diligenté des enquêtes marketing pour identifier les pistes d’évolution possible pour notre fédération aujourd’hui. C’est vrai qu’on a le sentiment qu’elle a besoin de se relancer, d’un élan nouveau. A ce niveau-là, nous avons un président qui vient d’un monde entrepreneurial, un nouveau directeur général qui a également une expérience conséquente, moi-même je viens d’arriver au poste de DTN... Nous avons posé des bases et nous espérons bien pouvoir apporter ce souffle nouveau à la fédération

L’équipe de France masculine : à la recherche de la régularité
Ce qui est certain, c’est que le haut niveau, c’est la régularité de la performance. Tant que l’on se sent très en danger face à des équipes d’un niveau abordable et complètement libérés avec des équipes censées être bien moins accessibles, c’est que l’on n'a pas atteint ce haut-niveau, cette régularité. Je pense que ce qui est important pour y arriver, c’est d’avoir un maximum de matchs de haut-niveau. Ce qui compte, c'est le nombre de matchs joués et la qualité de l’opposition. Pour cela, la Ligue mondiale, c’est un bon support de compétition

L’équipe de France féminine : un double fossé
Les filles ont fait une performance notable aux championnats d’Europe en accédant aux quarts de finale, ce qui n’était pas arrivé depuis un certain nombre d’années. La marche qui nous sépare du haut-niveau est cependant encore importante. J’ai eu l’occasion de regarder la Russie, la Serbie… il y a encore une marche vraiment conséquente en termes qualitatifs.
Il faut également souligner qu’il y a une différence notable entre les niveaux masculins et féminins. Si on prend les derniers quarts de finale des Jeux Olympiques, il y avait, chez les hommes, 5 équipes européennes, quand il n’y en avait que deux chez les féminines. Aujourd’hui, être champion d’Europe en garçons, c’est s’inscrire dans la hiérarchie mondiale de façon significative. C’est moins vrai chez les féminines où il y a deux fossés, un premier au niveau européen, un second à l’échelle internationale.

Les jeunes : construire des passerelles avec les seniors
Au niveau des jeunes, nous avons une filière de formation qui, globalement, a porté ses fruits. Nous rencontrons aujourd’hui des difficultés pour faire la passerelle entre le haut-niveau de performance en jeunes et en seniors. Je pense que nous avons là un axe de travail important. Il faut que l’on soit en capacité d’amener ces jeunes qui ont performé en cadets et en juniors à faire de même en seniors.

TV

Expérimentation

Pour les départements de l'Orne, de la Vienne et des Bouches-du-Rhône

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC