Dans l'oeil de Nathalie E05
"Mon expérience de consultante TV"

Partagez

Du 8 au 11 février 2013, Nathalie a ajouté une corde à son arc. En commentant pour une chaîne de télévision les championnats des 4 continents, elle a pu découvrir l'univers de la petite lucarne et ce qu'il se passe derrière les caméras lorsqu'elle est sur la glace.

Visiblement heureuse d'avoir aperçu l'envers du décor, elle nous raconte cette nouvelle expérience...


Lorsque Fabian s’est blessé, à l’approche des championnats d’Europe, ça a été l’angoisse. Mon monde s’est arrêté. J’aurais dû faire confiance au fameux « concours de circonstances » ! Car il existe bel et bien…

J’ai notamment reçu un message d’un de mes anciens camarades de l’équipe de France de patinage, Alban Préaubert. Ce dernier avait déjà planifié une échappée dans les Caraïbes lorsque son patron chez Eurosport, lui a demandé de commenter les championnats des 4 continents, compétition regroupant l’Afrique, l’Amérique, l’Asie et l’Océanie et qui avait lieu du 8 au 11 février 2013.

N’étant pas disponible, Alban m’a contacté pour savoir si je pouvais le remplacer, en précisant qu’un refus serait malgré tout une bonne nouvelle et signifierait que tout était revenu à la normale pour Fabian. Néanmoins, à ce moment-là, si les adducteurs de mon partenaire allaient mieux, il n’avait pas encore besoin de moi pour retrouver l’intégralité de ses moyens. Il devait d’abord se réadapter aux entraînements, à son propre rythme.

De mon côté, j’avais justement prévu de passer quelques jours à Paris, entre les entraînements à Bercy et mes activités au sein du CNOSF. Avide d’une nouvelle expérience, j’ai donc immédiatement sauté sur l’occasion en posant néanmoins une réserve : je ne pouvais faire que 2 jours car, le dimanche, je devais m’envoler pour Detroit afin de rejoindre Fabian et reprendre ma vie « normale » de sportive.

"Tout est une question de timing"


Chargé du contenu éditorial, Jérôme Papin, m’a briefé sur le rôle à tenir : décrire ce que je vois ou ressens, être dans la sympathie mais sans compassion. Le public de la chaine est averti, connaisseur, et attend une certaine expertise : si c’est évidemment un spectacle, cela reste du sport avec ses aspects techniques. Je dois livrer des analyses, des anecdotes et faire passer un bon moment aux téléspectateurs.

Arrivée à 7h dans des locaux de la chaine presque vide. Seule la régie et quelques journalistes sont déjà au travail. Mon partenaire de direct, Arnaud Tulipier, m’aiguille et me présente un peu plus concrètement le travail que l’on fera ensemble sur 2 jours. Il est le professionnel du métier, c’est lui qui prendra en charge le bon déroulement de l’émission, au niveau technique et journalistique. Il introduira les patineurs, et possède d’ailleurs des fiches pour chacun d’entre eux. Il m’assure qu’il a « bien révisé » et tout ça commence à me stresser un peu. Je n’ai pas d’antisèche !
On entre dans un studio d’enregistrement de 4m2 environ et c’est ici que l’on passera 2 fois 6h d’affilée pour commenter trois compétitions le vendredi et deux autres le samedi.

Dès le commencement, je me prends au jeu. On plaisante, on se vouvoie (alors que nous nous tutoyons dans la « vraie » vie). Lorsque les patineurs débutent leurs programmes, nous coupons les micros. C’est la règle d’or : ne pas déranger le téléspectateur lorsque le programme est en cours. Nous le commentons tout de même en « off ». Toute se passe très naturellement. Je veille juste à ne pas trop parler : je ne voudrais pas « saouler » tout le monde dès mon 1er jour !

Le timing est serré et c’est à nous de nous adapter. Les pauses pipi se négocient… Si j’avais su, je n’aurais pas bu 3 tisanes la veille ! Nous suivons les indications de la régie qui nous donne le décompte pour arrêter nos commentaires ou pour, au contraire, les reprendre. Il faut trouver à gérer ses fins de phrases en avance pour pouvoir être à chaque fois dans le bon tempo. A la télévision, j’ai l’impression chaque seconde compte. Tout est une question de timing. C’est un métier. Je pense avoir progressé sur ce point à la fin de cette petite expérience.

"Un métier-passion"


En tant que novice, je n’hésite pas à demander conseil à mon partenaire du jour, sur ce que je peux dire ou non. Lui me demande également si je trouve qu’il parle trop. Tous les deux, cherchons nos repères – somme toute logique pour une première collaboration commune. C’est d’ailleurs amusant de l’entendre parler de son coéquipier habituel, Alban. Il m’explique comment ils fonctionnent habituellement, quelles sont ses particularités… On joue au jeu des différences et des similitudes, ce qui me permet d’apprendre et de réajuster mon tir.

J’ai vraiment adoré commenter ma discipline de prédilection, la danse sur glace. Je ne connaissais pas tous les compétiteurs mais j’étais cependant intarissable. J’ai beaucoup apprécié commenter les couples artistiques, du fait de la relation entre partenaires : la danse et le couple sont deux disciplines complémentaires. Elles s’apportent l’une l’autre. En revanche, j’ai eu plus de mal pour les patineurs individuels, les femmes comme les hommes. Excepté pour certains patineurs dont je suis proche, j’ai ressenti un manque de compétences techniques. Je me suis donc rabattue sur les côtés émotionnel et artistique de ces disciplines.

A la sortie, mon employeur m’a dit qu’il avait suivi notre intervention et qu’il était content « du phrasé et du fond ». Satisfaction donc. Arnaud a fait ma promotion pour la danse sur glace, en disant qu’il peinait toujours avec cette discipline et que je pouvais apporter quelque chose. Ça tombe bien, parce que vous savez quoi, moi aussi ça m’a apporté ! C’est un métier–passion que j’aimerai beaucoup faire occasionnellement quand sera venu le temps de ma reconversion…


Soutiens ton Club !

TV - Sport en France

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge

  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC