Dans l'oeil de Nathalie E02
"Un esprit Sports de glace"

Partagez

Pour la 1ère fois, la Fédération Française des Sports de Glace (FFSG) avait décidé d’organiser des championnats de France communs au patinage artistique et au patinage de vitesse à Strasbourg, du 13 au 16 décembre 2012. Les championnats d'Europe de short track débutant dans quelques jours à Malmö (Suède - 18 au 20 janvier 2013), c'était l’occasion rêvée pour Nathalie Péchalat, membre à part entière de cette famille, de nous présenter ces sports diamétralement opposés et de recueillir les impressions de Thibaut Fauconnet et de Fabian Bourzat, deux de nos meilleurs représentants, respectivement en patinage de vitesse et en patinage artistique.


Si les raisons d’être de ces deux disciplines semblent antagonistes, l’une recherchant la vitesse et l’autre l’esthétisme, les deux se pratiquent pourtant sur une piste de glace de même dimension (60m X 30m). Les short-trackeurs et les patineurs artistiques appartiennent à la même Fédération et ont les mêmes objectifs : décrocher des médailles européennes, mondiales et olympiques.

En temps normal, nous avons peu l’occasion de nous rencontrer, si ce n’est en stage de préparation olympique ou aux JO. Pour Thibaut cependant, « cela fait du bien de se croiser, on ne se voit pas assez souvent, alors que nos deux disciplines sont très proches ». « A un an des Jeux Olympiques, cela nous donne une cohésion, un esprit "sports de glace" », conforte Fabian. De fait, à Strasbourg, le plaisir de partager ensemble un moment clé de la saison est réellement perceptible. En effet, si la compétition distribue les titres de champions de France, elle sélectionne également les athlètes pour les championnats d’Europe et du monde. Thibaut et Fabian en profitent donc pour se chambrer gentiment : « Ne faites pas trop de trous dans la glace ! » avertit ainsi le premier, tandis que le second lui rétorque de ne pas laisser trop de traces ! Balle au centre.

« Cela nous fait plaisir à tous de partager ensemble un moment clé de la saison »

Si Fabian a décidé de se tourner vers la danse sur glace, c’est pour l'attrait artistique de ce sport. Composer des programmes à thème et pouvoir s’exprimer corporellement l’intéressaient. C’est une discipline jugée, où les changements de partenaires et de structures rythment les carrières, mais il a grandi en ayant comme modèle des champions - comme les Duchesnay - qui lui ont donné cette motivation, cette envie de progresser.
Etant gamin, Thibaut a pour sa part été attiré par l’envie de « faire la course ». Aujourd’hui, il porte une combinaison moulante. Excusez-moi « une combinaison de super-héros » plutôt ! Il n’a jamais aimé les paillettes du patinage artistique, mais avoue apprécier les costumes de Fabian, « surtout celui du programme des Rolling Stones. C’est sobre ». Ce qui était un jeu à part entière est devenu progressivement pour Thibaut un entrainement intense pour devenir le meilleur. Sa discipline, c’est de la confrontation directe avec les concurrents : l’envie de gagner se ressent à chaque seconde d’une course.

Ces deux disciplines relèvent, de fait, de deux façons d’appréhender et de vivre le sport et la compétition. Tout d’abord parce que l’on compare un sport individuel avec un sport de couple. Ensuite, parce que c’est un sport où la vérité du chronomètre et de la confrontation directe s’oppose à celle d’un jury et de passages séparés de chaque concurrents.
Le short-track est un sport individuel – sauf lors des relais – « au moins on s’occupe de soi ». Pour ce qui est de la hiérarchie, « on le sait entre nous, compétiteurs, on le sent. Il y a une forme d’intox » nous précise Thibaut. A contrario, et par essence, la danse sur glace se pratique exclusivement en couple. Les erreurs du partenaire ne sont pas toujours faciles à gérer, mais, comme le précise Fabian c’est « une fois l’un, une fois l’autre, il n’y a pas de frustration et se remotiver lorsqu’on est deux, c’est plus facile ».

« Deux façons d’appréhender et de vivre le sport »

Lorsque les questions se tournent vers l’exposition médiatique des deux athlètes, les inégalités se creusent. Fabian reconnaît que nous sommes clairement plus exposés médiatiquement : nous bénéficions d’un suivi régulier, participons à quelques plateaux télé et émissions radios : « Pour les short-trackeurs, seul un succès aux Jeux Olympiques peut les mettre dans la lumière. C’est injuste, mais c’est ainsi, explique Thibaut. On ne peut pas dire que le travail fourni soit moins important pour lui, ou pour moi ou même pour un footballeur d’ailleurs… ».

Pourtant, les charges d’entrainement sont lourdes pour les deux. Thibaut s’entraîne ainsi sur la glace 4 heures par jour. S’ajoute à cela beaucoup de musculation des membres inférieurs au sol. Fabian, lui, s’entraine 3 heures par jour et pratique de la danse au sol et de la musculation spécifique selon les besoins des éléments techniques. Et bien entendu, les deux mâles se jaugent : « Et toi tu soulèves combien à la presse ? » Thibaut est bien entendu vainqueur…

Mais aimeraient-ils tester la discipline de l’autre ?
A ce titre, Thibaut surprend « C’est déjà fait !... et j’y arrive ! ». Fabian reste quant à lui sur ses gardes. La longueur des lames l’effraie un peu. Heureusement, il y a des coussins protecteurs sur les balustrades… En tant qu’Olympiens, les deux patineurs redoutent les blessures. Pas de prise de risque inutile donc avant les Jeux Olympiques de Sotchi, mais le rendez-vous est pris : après l'échéance, ils testeront ensemble la discipline de l’autre. Fabian, très fairplay, ajoute « je te prêterai Nathalie ! », « Et moi Maxime* ! » lui répond Thibaut pour ne pas qu’il se sente délaissé… C’est ça aussi l’esprit d’équipe !

*Maxime Châtaignier

Soutiens ton Club !

TV - Sport en France

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge

  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC