Séoul 1988 : Le fait : La trahison

Partagez

Le fait : La trahison

Samedi 24 septembre, 13h30 : départ du 100m le plus attendu sans doute de l’histoire olympique à l’appui de la rivalité, pour ne pas dire de l’antagonisme viscéral, opposant depuis des années le « King » Carl Lewis et le Canadien Ben Johnson, détenteur du record du monde en 9’83 depuis 1987.

13h30 et 9’79 : le doigt levé au ciel, et après avoir braqué un regard noir sur Carl Lewis, Ben Johnson bat son record du monde et laisse l’Américain (9’92) à un mètre cinquante. Le verdict est rendu : Ben Johnson est bien l’homme le plus rapide du monde.

Deux jours plus tard, la Commission médicale du CIO, par la voix de son président, le prince belge Alexandre de Mérode, révèle que le Canadien était dopé au stanozolol, un stéroïde anabolisant.

Déjà surnommé "Benoïde" dans le milieu de l’athlétisme depuis un certain temps, Ben Johnson est désormais banni. Destitué, il quitte Séoul et laisse à son rival la gloire olympique. Commence dès lors la déchéance : records invalidés, sponsors qui se détournent, opprobre publique.

Si le dopage avait commencé à être sanctionné au début des années 70, le cas Ben Johnson reste le premier gros scandale de dopage de l’histoire olympique. Il sera déterminant dans la prise de conscience du CIO et des Fédérations de la nécessité de combattre ce phénomène, facilitant le développement du Tribunal Arbitral du Sport et, un peu plus de dix ans plus tard, la création de l’AMA. Lors de ces mêmes Jeux de Séoul, les haltérophiles bulgares firent d’ailleurs également scandale, deux d’entre eux se voyant obligé de rendre leur médaille d'or.

TV

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC