Moscou 1980 : Les Jeux

Partagez

Jeux de la XXIIe Olympiade

Date d'ouverture : 19 juillet 1980
Date de clôture : 3 août 1980
Pays de la ville hôte: Russie
Villes candidates : Los Angeles (USA)

Participation :
80 CNO (Nations)
5 217 athlètes (1 124 femmes, 4 093 hommes)
203 épreuves
5 615 médias (2 685 presse écrite, 2 930 diffuseurs)

Ouverture officielle des Jeux : Le Président du Soviet Suprême Leonid Brejnev
Allumage de la vasque olympique: Sergei Belov (basketball)
Serment olympique : Nikolay Andrianov (gymnastique)
Serment officiel : Aleksandr Medved (lutte)
Mascotte officielle : l'ours Mishka

Sports au programme :
Natation - Tir à l'arc - Athlétisme - Basketball - Boxe - Canoë / Kayak - Cyclisme - Sports équestres - Football - Escrime - Gymnastique - Handball - Hockey - Judo - Pentathlon moderne - Aviron - Voile - Tir - Volleyball - Haltérophilie - Lutte

Les Jeux

Malgré quelques ratés, l'URSS écrase logiquement ses Jeux en remportant 80 médailles d'or. La RDA est deuxième avec 47. Symbole de cette domination soviétique, le gymnaste Aleksandr Dityakin remporte une médaille dans chacune des épreuves de gymnastique, devenant ainsi le seul athlète à obtenir huit médailles au cours d’une même édition des Jeux. Autre exploit réussi à domicile, le nageur Vladimir Salnikov passe pour la première fois sous la barre des 15 minutes dans le 1 500m nage libre. En natation, l'URSS profite d’ailleurs de l'absence des Américains pour gagner sept médailles d'or chez les messieurs, tandis que la RDA continue de dominer largement les épreuves féminines.

En athlétisme, Sebastian Coe et Steve Ovett se livrent un magnifique duel sur demi-fond. Recordman du monde de la distance, Sebastian Coe se fait néanmoins dépasser par Ovett sur 800m. Mais sur 1500, Coe prend sa revanche et remporte le titre, Ovett n’obtenant que le bronze. Avec 2m36, l’est-allemand Gerd Wessig est le premier athlète à battre le record du monde du saut en hauteur au cours des Jeux Olympiques. L’Italienne Sara Simeoni remporte pour sa part le saut en hauteur. Sa maitrise du Fosbury en fait l’image aérienne de ces Jeux. Le 100m couronne l'Ecossais Alan Wells, vainqueur en 10’25. Le 200 m voit la consécration de l'Italien Pietro Mennea qui l'emporte en 20’19, bien loin de son record du monde de 19’72, établi en altitude à Mexico dix mois plus tôt. Enfin, après les marathoniens Abebe Bikila et Mamo Wolde, l’Ethiopien Miruts Yifter, un petit homme au front dégarni et à l'âge incertain devient le troisième héros de la patrie d’Hailé Sélassié en réussissant le doublé 5 000 m-10 000 m.

Le super-lourd cubain Téofilo Stevenson devient le premier boxeur à obtenir l’or trois fois de suite dans la même catégorie. Quant à Nadia Comaneci, l'absolue perfection de Montréal n’est plus de mise mais le talent est cependant toujours là. Malgré une chute aux barres asymétriques, la Roumaine s’octroie tout de même deux médailles d'or (poutre et sol, le titre qui lui avait échappé à Montréal) et deux d'argent (concours général individuel et épreuve par équipes).

Le fait : l’honneur de Kozakiewicz

A 27 ans, le Polonais Władysław Kozakiewicz ne part pas favori du concours de saut à la perche. Quatre ans plus tôt, une blessure contractée peu avant le début du concours l’avait empêché de postuler à un titre remporté par son compatriote Tadeusz Slusarski. A Moscou, les favoris sont français : Philippe Houvion , Jean-Michel Bellot, Thierry Vigneron. Le principal outsider est Soviétique, Volkov. Avec ses deux titres de champion d'Europe en intérieur obtenus en 1977 et 1979, Kozakiewicz en est un autre.
Le 30 juillet 1980, alors que les Français ont calé, seuls restent en lice Volkov, soutenu par un stade vibrant pour son représentant, vociférant et insultant le Polonais Kozakiewicz, dernier obstacle avant la consécration du perchiste soviétique. Kozakiewicz représente en effet un pays agité depuis plusieurs années et qui se trouve en pleine contestation de l’ordre imposé par Moscou. Sous les sifflets, Kozakiewicz va pourtant passer la barre qui lui permet d’obtenir le titre olympique. A peine atterri, il se relève et adresse un bras d’honneur monumental à tout le stade. "Koza" va plus loin encore et sous les yeux d’un public frustré, il bat le record du monde à 5,78 m.
9 jours plus tard, Lech Walesa fonde le syndicat libre Solidarnosc. Ce dernier instrumentalise, avec son assentiment, le geste et la personnalité de Władysław Kozakiewicz. En 1984, il passe le rideau de fer et obtient la nationalité allemande. Il obtiendra deux titres de champions d'Allemagne, qui s'ajoutent à ses dix titres de champion de Pologne.

Moscou 1980

TV - Sport en France

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge

  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC