Munich 1972 : Contexte

Partagez

Contexte

En rouge et noir

Pour l’Allemagne, organiser les Jeux olympiques en 1972 avait une signification toute particulière. Premiers Jeux tenus sur le territoire allemand depuis ceux de Berlin en 1936, cette édition olympique était symbolique d’une nouvelle Allemagne réinsérée dans l’ordre mondial et épurée des dérives criminelles nazies. Tout était prêt pour en faire une réussite : concentration des sites, installations fonctionnelles, stade futuriste, important relais télévisuel... et première une mascotte portant un nom : Waldi, le teckel.
Célébration de la paix, ces Jeux virent au drame le 5 septembre 1972, au onzième jour des Jeux. Ce jour-là reste le plus dramatique de l’histoire olympique. A quatre heures du matin, huit hommes armés s'infiltrent dans le village olympique et gagnent le bloc 31 où est hébergée la délégation israélienne. Pénétrant de force dans la chambrée des haltérophiles, ils tuent deux membres de l’équipe et en prennent onze autres en otage. Deux parviendront à s’enfuir. Les négociations aboutissent à une décision de transfert vers l’Egypte. C’est dans la nuit suivante, à l’aéroport de Fürstenfeldbrück que la seconde phase du drame se produit. Alors que les athlètes ont été installés dans deux hélicoptères, la police munichoise, pas préparée pour ce genre d’intervention, lance l’assaut sur le groupe terroriste. Trois sur huit sont immédiatement abattus. Les autres jettent une grenade dans le premier hélicoptère et tirent dans le second. Au terme de la fusillade qui s’ensuit, le bilan est lourd : les neuf otages, cinq terroristes et un policier ont été tués. Les Jeux Olympiques sont suspendus. Mais par défi devant le terrorisme, le CIO ordonne la poursuite des compétitions après une pause de 34 heures. Une cérémonie est alors organisée dans le stade olympique au cours de laquelle Jesse Owens, Daniel Robin et tant d’autres, en larmes, rendent hommage à Mark Slavin, Elizer Halfin, David Berger, Zeev Friedman, Yaacov Springer, Yossef Gootfreund, Kehat Shoor, André Spiter, Amitzour Shapiro, Moshe Weinberg et Yossef Romano.
Cette violation inédite du sanctuaire olympique révèle au monde les revendications des Palestiniens en exil. Le groupe terroriste auteur de l’attentat se veut en effet défenseur du peuple Palestinien et son action va constituer une véritable affirmation de l’existence de l’identité palestinienne. Les terroristes se réclament du groupe Septembre Noir, en référence au massacre de sections armées palestiniennes perpétrés sur ordre du roi Hussein de Jordanie en septembre 1970. Deux jours plus tard, le gouvernement israélien de Golda Meïr ordonne des représailles contre des bases palestiniennes en Syrie et au Liban qui font 70 morts. Le 29 octobre 1972, un Boeing 727 de la Lufthansa est détourné par trois membres de Septembre Noir après son décollage de Beyrouth. Les terroristes exigent une rançon et la libération des prisonniers de Munich qui seront dès lors traqués par les services secrets israéliens.
« The games must go on », comme l’exprima alors Avery Brundage, président du CIO pour la dernière année. Et les Jeux continuèrent...

TV

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC