Mexico 1968 : Le fait

Partagez

Le fait

L’athlétisme aux sommets

Le choix de Mexico comme ville organisatrice des Jeux olympiques fut très controversé du fait de l’altitude élevée de la ville, 2 300m et un air qui contient 30% d’oxygène de moins qu’au niveau de la mer. Cette situation était pressentie comme préjudiciable pour les coureurs de fonds, et beaucoup craignaient même une recrudescence d’accidents cardiaques. Si les épreuves d’endurance ne fournirent pas de performances extraordinaires et furent surtout dominées par les spécialistes de l’altitude venus du Rif africain, l’altitude élevée amena des records du monde dans toutes les disciplines d’athlétisme masculin de moins de 400m, y compris les deux relais, les haies, le saut en longueur et le triple saut. Il faut dire que la piste synthétique, utilisée pour la première fois aux Jeux olympiques vient rajouter un élément de performance supplémentaire, sans parler des technologies qui évoluent, à l’exemple des chaussures à pointes dont s’équipent les sprinteurs américains.
Parmi ceux-là, John Smith, sprinteur surdoué qui prend le record du monde écrase le 200m en 19’83 après avoir coupé son effort à 20 mètres du but. Si son poing levé est désormais célèbre, peu de gens savent que Smith monta également sur le podium avec une boite contenant… ses chaussures à pointes dont le modèle n’avait pas encore été validé par la Fédération internationale (ce qui lui avait coûté la validation d’un record du monde, ainsi d’ailleurs qu’à d’autres coureurs tels Vincent Matthews sur 400m. Jim Hines, un ancien joueur de baseball remporte le 100m et fait passer le record du monde sous les 10s. (9"95) avant de battre celui du relais 4 x 100m avec Charles Greene, Melvin Pender et Ronnie Ray Smith en 38"2. Les Américaines Barbara Ferrell, Margaret Bailes, Mildrette Netter et Wyomia Tyus battent le record du monde en 42"8. Tyus fait par ailleurs le doublé en établissant un nouveau temps de référence sur 100m en 11s. tout juste. Autres tombeurs de records du monde : Irena Szewinska (Pologne, 200m,22"5), Lee Evans (USA, 400m, 43"86), Ralph Doubell (Australie, 800m, 1'44"3), David Hemery (Royaume-Uni, 400m haies, 48"1) et le relais 4x400m américain (Vincent Matthews, Ron Freeman, Larry James, Lee Evans en 2min.56’16), Margitta Gummel (RDA, 16,61m au lancer de poids féminin), Viktor Sanyeyev (URSS, 17,39m au triple saut), et Viorica Viscopoleanu (Roumanie, 6,82m au saut en longueur féminin).
Quant aux records olympiques, ils sont également renouvelés par Madeline Manning (USA, 2'00"9, 800m F), Kipchoge Keino (Kenya, 3'34"9, 1500m), Maureen Caird (Australie, 10"3, 80m haies F), Willie Davenport (USA, 13"3, 110m haies), Bill Toomey (USA, Décathlon, 8193), Janis Lusis (URSS, 90,10m au lancer de javelot), Gyula Zsivótzky (Hongrie, 73,36m au lancer de marteau), Lia Manoliu (Roumanie, 58.28 m au lancer de disque féminin), Al Oerter (USA, 64,78m au lancer de disque masculin), Randy Matson (USA, 20,54m au lancer de poids masculin), Dick Fosbury (USA, et son incroyable saut dorsal à la hauteur…2,24m) et Bob Seagren (USA, 5,40m au saut à la perche).
Mais la performance de Robert, dit Bob, Beamon en saut en longueur sort indéniablement du lot : plus 55 cm… il faudra attendre 1991 pour que Mike Powell (8,95m lors d'un concours d'anthologie face à Carl Lewis aux Mondiaux de Tokyo) vienne faire reculer Beamon dans la liste des détenteurs du record du monde de saut en longueur. Après avoir remporté 22 des 23 rencontres organisées au cours de la saison précédant les Jeux Olympiques de 1968, Beamon, dont la particularité était qu’il pouvait indifféremment prendre son impulsion des deux pieds, était le grand favori à Mexico.
Son entrée dans le tournoi ne fut pourtant pas sereine, puisqu’il frôla l’élimination dès les qualifications. Le 18 octobre, la finale du saut en longueur se préparait sous la menace d’un climat orageux. La soirée précédente, Beamon avait, de son propre aveu, noyé dans l’alcool des soucis personnels et ce contexte pesant d’injustice lié à l’exclusion de ses amis Carlos et Smith. Un vent à 2 m/s juste, une densité de l'air inférieure à la normale en raison de l'altitude (2 250m), tout était réuni pour l'exploit de l’étudiant de l'Université du Texas à EI Paso.
Son dossard n°254 fut le premier à s’élancer, à 15h45, sous les yeux inquiets des quinze autres finalistes. Le premier essai de Beamon, un envol en double ciseau au regroupement parfait, suspendit le temps pour les spectateurs du stade olympique. Beamon avait atterri au-delà des limites mesurables ! Sûrs d’une planche parfaite, et donc de l’exploit, les juges durent recourir à un mètre à bande métallique, avant d’annoncer le nouveau record du monde : 8,90 mètres… à comparer avec les 8,35 mètres du précédent record. Connaissant mal le système métrique, l’universitaire de Texas Del Paso, exclu des compétitions universitaires peu avant les Jeux pour avoir refusé de courir avec des partenaires blancs irrespectueux, dut attendre que Ralph Boston, son coéquipier, lui-même détenteur du record du monde depuis 1965, lui convertisse la distance en pieds (soit 29 pieds et 2,5 pouces) pour comprendre. Il venait de prendre sa revanche sur la vie et s’effondra sur la piste, emporté par une émotion incontrôlable et contagieuse. Il pouvait se mettre à pleuvoir.
La postérité de Beamon est désormais assurée par la langue anglaise, l’adjectif sportif beamonesque y désignant depuis un « exploit tellement supérieur aux précédents qu'il dépasse l'imagination ».

Olympic Channel (en Français!

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC