Mexico 1968 : Les Jeux

Partagez

Les Jeux

Les performances des athlètes américains sont exceptionnelles. Outre leurs héros noirs qui battent tous les records, les USA possèdent dans l'inusable AI Oerter une véritable légende qui gagne à Mexico sa quatrième médaille d'or au disque. Autre héros, rentré pour longtemps dans la postérité, l'inattendu Dick Fosbury qui, vainqueur de la hauteur, donnera son nom à la technique du saut dorsal. L’Américaine Wyomia Tyus devint la première à répéter une victoire dans le 100m. En natation, Deborah Meyer n’est pas en reste sur ses équipiers masculins de l’athlétisme, elle remporte trois médailles d’or en nage libre sur 200, 400 et 800 m.
Le continent africain fait une spectaculaire percée dans l’Olympisme. Les spécialistes du fond venus des hauts plateaux se régalent à Mexico et se répartissent les médailles : le Kenyan Kipchoge Keino gagne le 1500m, et relègue le recordman du monde, l'Américain Jim Ryun, à 3 secondes. Le Tunisien Mohammed Gammoudi enlève le 5000m devant deux Kenyans : Kip Keino à nouveau et Naftali Temu. Ce dernier remporte le 10 000m devant l'Ethiopien Mamo Wolde et Gammoudi. Et enfin Wolde se console en s'imposant sur le marathon. Amos Biwott donne au Kenya sa troisième médaille d'or, sur le 3 000 m steeple.
Triple médaillée d'or et médaillée d'argent aux Jeux de 1964 à Tokyo, la gymnase tchécoslovaque Vera Cáslavská part favorite pour les Jeux de 1968. Mais en avril, elle signe le "Manifeste des deux mille mots", qui condamne l'ingérence soviétique en Tchécoslovaquie. En août, deux mois avant les Jeux Olympiques, l’URSS envahit la Tchécoslovaquie. Menacée d’emprisonnement, Caslavska se cache durant trois semaines dans les montagnes. Elle en émerge pour gagner quatre médailles d’or et deux d’argent.
La sauteuse de haies Enriqueta Basilio devint la première femme à enflammer la vasque au cours de la cérémonie d’ouverture. A propos de femmes, les Jeux Olympiques de Mexico furent les premiers à prévoir des tests de féminité. On utilise alors le test de Barr qui s’est révélé plus tard, ne pas être très fiable : on prélève un peu de salive et on analyse celle-ci en laboratoire.
Les Jeux olympiques de 1968 enregistrent par ailleurs une première disqualification pour dopage, avec l’exclusion du pentathlète suédois Hans-Gunnar Liljenwall… pour taux d’alcoolémie supérieur à la limite autorisée.
Notons enfin que la RDA dépasse pour la première fois la RFA au tableau des médailles.

TV

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge

  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC