Tunis 2001

Partagez

Un superbe Village des athlètes édifié pour l'occasion, le Stade du 7 novembre et ses 60.000 places flambant neuf, 23 pays rassemblés et une délégation tricolore forte de 315 athlètes (118 femmes et 197 hommes), dirigée par Michel Vial, chef de mission comme aux Jeux Olympiques de Sydney, et conduite lors de la cérémonie d'ouverture par Jackson Richardson, figure mythique du handball : tout était prêt le 2 septembre à Tunis, pour faire des XVèmes Jeux Méditerranéens un rendez-vous mémorable.

La France s'est montrée à la hauteur de ses ambitions avec 122 médailles, 40 en or, 32 en argent et 50 en bronze, et la première place au classement des nations, devant son éternelle rivale italienne, battue au nombre de médailles d'or.

La fête tunisienne gâchée

Symboles d'une équipe très soudée, Franck Esposito, 30 ans, trois médailles (doublé 100 m – 200 m au papillon, bronze au 4x100m 4 nages), et Dimitri Karbanenko, 28 ans, trois fois l'or (concours général par équipes, sol et saut de cheval), ont tenu leur rang en grands champions.
Chez les femmes, le ton a été donné par Sabrina Richard, médaille d'argent à l'épaulé-jeté pour les grands débuts de l'haltérophilie féminine, Lise Legrand, victorieuse en lutte féminine, également une nouvelle discipline, et la nageuse Malia Metella, victorieuse à 19 ans du 100 m papillon.

Tout juste débarquée de Pékin et de l'Universiade d'été, Roxana Maracineanu, vice-championne olympique du 200 m dos à Sydney, n'a pu qu'approcher les podiums tout au long de la compétition. Ce qui n'a pas empêché la natation française de réaliser un joli total avec 15 médailles (4 or, 7 argent et 4 bronze), promesses d'un futur olympique qui chante.

Grâce aux boxeurs (8 médailles sur 12 possibles, dont l'or de Xavier Noël et le bronze de Jérôme Thomas, blessé et forfait pour la finale, aux lutteurs (8 médailles, 3 or, 2 argent, 3 bronze)et aux haltérophiles (1 argent, 7 bronze avec les deux d'Apolosiu Tokotuu chez les + de 105 kg), la barre des 50 médailles a été vite atteinte.

Le karaté français a lui aussi marqué les esprits avec dix médailles dont cinq en or (Alexandre Biamonti, Abdelattif Dini, Rida Bel-Lhasen, Nathalie Leroy et Seydina Balde).

Avec les débuts de l'athlétisme et les succès de Sylvanie Morandais (400 m haies) et Elodie Olivares (3000 m steeple), et le bronze des volleyeuses, la journée du 11 septembre aurait pu être celle du bonheur tranquille. Malheureusement, les attentats contre le World Trade Center, vécus en direct à la télévision, ont complètement gâché la fête préparée avec tant de soin et de gentillesse par les Tunisiens. Les Français n'oublieront sans doute jamais l'hommage rendu le lendemain matin au Village aux milliers de victimes new yorkaises par de nombreuses délégations, spontanément mêlées à celles des quatre pays membres de l'Union Européenne (Espagne, Grèce, Italie, France) inspiratrice du recueillement, comme pour conjurer en silence la folie des hommes par la magie de la fraternité sportive.

La fin des Jeux s'est déroulée dans une ambiance très particulière, mais les athlètes français se sont comportés remarquablement jusqu'au bout. L'or a encore brillé, pour Valérie Nicolas et les handballeuses, dix fois au total pour l'athlétisme, notamment pour Patricia Girard sur 100 m haies, et en judo pour Vincenzo Carabetta, Christophe Massina et Benjamin Darbelet.

Sophie Giquel et Philippe Lima (golf), Damien Eloi (tennis de table), Julien Bontemps (Mistral), Ingrid Petitjean et Nadège Douroux (470), Sophie Balmary (skiff) et Adeline Gouelle et Solenne Hamon (couple poids léger) ont embelli l'aventure tunisienne avant la clôture, pour une victoire finale méritée.

Jeux méditerranéens

Olympic Channel (en Français !

Twitter #espritbleu


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF
  •  RMC