Lanquedoc Roussillon 1993

Partagez

Rien n'a été laissé au hasard pour ces premiers Jeux méditerranéens tenus sur le territoire français. Cette douzième édition des “ Jeux Med ” se doit d'être une réussite et toute la population est mobilisée pour préparer l'échéance : un milliards de francs lourds investis par les différents collectivités territoriales (région, six conseils départementaux et 19 municipalités), 6000 volontaires recrutés, 3000 athlètes représentants 19 nations accueillis et 26 sports inscrits au programme officiel. Les résultats sont donc à la hauteur des investissements : de Nîmes à Perpignan en passant par Adge, Béziers ou Narbonne, les Français montent 196 fois sur le podium.

Gatien, symbole d'une génération

En Languedoc-Roussillon, Jean-Philippe Gatien participe à ses troisièmes Jeux Méditerranéens d'affilée. Un symbole pour cet enfant d'Alès qui a commencé à collectionner ses premières sélections internationales en 1987 à Lattaquié, en Syrie. Quatre ans plus tard, à Athènes, il est nommé porte-drapeau et honore cette fonction en raflant la médaille d'or individuelle. Il devient ainsi l'un des fers de lance de l'équipe de France. Un vrai “ Méditerranéen ”, en quelque sorte. En 1993, trois semaines avant d'aborder la compétition, “ Philou ” est sacré champion du monde à Göteborg, en Suède. Autant dire qu'il a le vent en poupe. Et, comme à Athènes en 1991, il monte sur la première marche du podium. C'est une victoire emblématique pour le numéro un français car, en tennis de table comme dans tous les autres sports, les meilleurs athlètes hexagonaux ont répondu présents.

Un accord en ce sens avait été passé entre le CNOSF et les dirigeants des différentes fédérations. Athlétisme, natation, escrime, tir à l'arc, judo, lutte, gymnastique, karaté, boxe, tir, équitation et canoë-kayak… tous ces sports rapportent plusieurs médailles d'or à la France. Aucune discipline, aucun champion n'est en reste. Avec Christophe Kalfayan, Franck Esposito, Christophe Bordeau, Franck Schott, Cédric Pénicaud, Cécile Jeanson, Catherine Plewinski et Nadège Cliton, les nageurs tricolores décrochent même 20 médailles d'or. Grâce notamment à Simioneck, Nestoret et Sangouma, l'athlétisme confirme également son statut d'excellence. Sébastien Flûte (tir à l'arc), Jean-Pierre Amat (tir) et Eric Srecki (épée) étaient favoris dans leur discipline. Avec brio, ils confirment leur valeur.

L'hymne national retentit à 85 reprises ! Contre un tel raz-de-marée, l'Italie est impuissante. L'éternel rival transalpin finit deuxième avec 126 médailles, dont 38 d'or. Cette participation massive est une véritable réussite pour ces “ Jeux Med ” qui marquent un tournant dans l'histoire du rendez-vous méditerranéen. Désormais, les Jeux Méditerranéens suivront d'un an les Jeux olympiques au lieu de les précéder. Auparavant, certains champions pouvaient être tentés de “ cacher leur jeu ” à l'approche des JO. Depuis 1993, cela n'est plus le cas. Tant mieux.

Jeux méditerranéens

Olympic Channel (en Français !

Twitter #espritbleu


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF
  •  RMC