Vincent Jacquet : "La cible, c’est Rio"

Interview
Partagez

Les championnats du monde de cyclisme sur piste 2016 se déroulent du 2 au 6 mars à Londres.

A quelques mois des Jeux Olympiques de Rio, l'un des principaux objectifs de l'équipe de France, sera évidemment de défendre ses 4 titres mondiaux remportés en 2015, mais pas seulement. Entretien avec Vincent Jacquet, directeur technique national...

Quels sont les objectifs de l’équipe de France pour ces championnats du monde ?
Le premier objectif est la défense de nos titres acquis en France en 2015, une année exceptionnelle. Il faudra donc aller chercher l’or, sans pour autant se tromper de cible, qui sera les Jeux Olympiques de Rio.
Le deuxième objectif, c’est la validation des phases de travail engagées depuis quelques mois, notamment des choix tactiques. Enfin, le troisième objectif sera d’observer la concurrence en réalisant une veille technique et sportive, qui pour nous est très importante.

A moins de 200 jours des Jeux Olympiques, ces championnats du monde sont-ils également une préparation pour Rio ou bien restez-vous focalisés sur la défense de vos titres ?
Nous sommes dans un temps de préparation, la défense des titres c’est l’état d’esprit. On ne sera pas forcément aussi bons qu’en 2015 dans toutes les disciplines, mais nous venons clairement ici pour gagner. Ensuite, nous sommes dans un dispositif transitoire, la cible, c’est les Jeux de Rio. Ce dispositif est une étape dans le long travail que l’on a à accomplir en vue de Rio. C’est donc également une étape préparatoire.

Quelles nations seront vos plus sérieuses rivales lors de ces championnats du monde ?
Sur ces championnats du monde, on retrouvera le carré de tête avec la Nouvelle Zélande, l’Allemagne, la Grande Bretagne et la France. De manière générale, la densité augmente, des nouvelles nations arrivent avec de vrais talents, mais il y a toujours ce socle des grosses nations présentes depuis plusieurs décennies qui confirment leur positionnement.

Après ce mondial, quelles seront les étapes de préparation pour les Jeux Olympiques ?
Elles seront différentes selon le profil de la discipline. Sur la piste, il y a en effet l’endurance et la vitesse. Concernant l’endurance, nous sommes orientés vers les épreuves de l’omnium où nous accompagnerons nos deux très forts potentiels, que sont Thomas Boudad et Laurie Berthon, à aller se positionner sur les plus belles marches des podiums olympiques.
Lors de cette période entre les championnats du monde et les Jeux Olympiques, nous devrons gérer ce lien assez fort avec le secteur professionnel de la route puisque Thomas Boudat va repartir sur les épreuves « route ».

On se préparera chez nous, à huis clos, avant de rejoindre Rio 6 jours avant nos compétitions.

Pour le sprint, il y aura une période de repos post-Mondiaux d’une semaine. Ensuite, nous reprenons avec un stage de cohésion d’équipe au terme duquel nous proposerons notre sélection au CNOSF, le 4 avril. Après cette date, plusieurs stages sont prévus, notamment à Saint-Quentin. Nous ne chamboulerons pas nos méthodes habituelles de préparation, on se préparera chez nous, à huis clos, avant de rejoindre Rio 6 jours avant nos compétitions.

Quelle équipe de France envisagez-vous pour ces Jeux de Rio ?
En vitesse masculine, tous les athlètes inscrits par équipe participeront aux épreuves individuelles. L’équipe sera composée de coureurs capables d’aller chercher l’or en individuel. Aujourd’hui, nous avons cinq talents pour trois places.
Pour les filles, les enjeux de ces Mondiaux sont extrêmement importants : aujourd’hui l’équipe de vitesse féminine est virtuellement qualifiée mais les Anglaises sont juste derrière nous. Pour conserver ce quota, il ne faudra pas qu’elles terminent deux rangs devant nous sur ce championnat du monde (Alerte actu : voir ci-dessous).


Lors de ces Mondiaux, vous allez retrouver la piste des JO de 2012 à Londres, allez-vous vous servir de cette expérience ?
Non, on ne reviendra pas en arrière. Nous sommes déjà retournés sur cette piste lors de phases de Coupe du monde. On connait le profil de cette piste, ses avantages, ses caractéristiques. Pour revenir aux Jeux de Londres, oui, nous serons dans le chaudron britannique, avec un public qui ne sera pas acquis à notre cause, mais peu importe, notre travail de ces derniers jours fait que nous ne sommes pas dans un état d’esprit faisant référence aux Jeux de 2012.

Pour vous, que faudra-t-il pour considérer que l’équipe de France de cyclisme sur piste aura réussi ses Jeux Olympiques de Rio ?
Qu’on gagne des médailles d’or ! Par équipe et en individuel, on y va pour ça, on a des champions ! L’objectif est d’aller chercher le titre en vitesse en individuel et par équipe ainsi que le titre en keirin. On devra confirmer que, sur le sprint, nous faisons partie des meilleures nations.
Pour l’omnium, si nos forts potentiels confirment, il faudra pouvoir jouer les podiums.

Cyclisme - Piste | L'actu des Bleus... | Actualités | Les Bleus en route pour Rio...

PyeongChang 2018

DAYS
HRS
MINS
SECS
TO THE OPENING CEREMONY
OF THE OLYMPIC WINTER GAMES
PYEONGCHANG 2018
:
:
Olympic Winter Games
Pyeongchang 2018

Pour les athlètes...

Passion

Twitter #espritbleu


Boutique

  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF