Naissance d'un coq olympique et sportif

Partagez
La première apparition - éphémère - du coq sur un maillot national, le 5 mars 1905

La première apparition avérée - à notre connaissance - du coq gaulois sur le maillot d’une sélection sportive française remonte au 5 mars 1905. Ce dimanche, près de 5000 spectateurs s’étaient rendus au Vélodrome du Parc des Princes assister à une rencontre de football-rugby, comme on l’appelait à l’époque, opposant une équipe mixte venue d’Irlande et articulée autour d’une charnière composée de joueurs du Bective Rangers de Dublin, à un collectif de rugbymen français du Stade Français, du Racing Club de France, du Sporting Club Universitaire de France et du Football Club de Lyon. Sur le cœur de ces joueurs tricolores, un immense coq de couleur rouge.

Cliquer pour agrandir

La Vie au Grand Air, qui relate le match (défaite 13 à 8 de la sélection française) n’évoque cependant pas la présence de ce coq, pourtant bien visible sur les photos. Cette absence de mention ne permet donc pas d’exclure une apparition antérieure de ce symbole.

La portée symbolique de ce coq de 1905 reste toutefois à relativiser. D’abord, il ne s’agissait pas alors d’une véritable sélection nationale officielle et l’emblème choisi l’a sans doute d’abord été pour la circonstance afin d’identifier cette équipe en particulier, sans pour autant l’institutionnaliser.

Ensuite, les matchs de l’équipe de France de football-association n’affichent pas ce coq, ainsi que l’illustre, à quelques jours de là, le match France-Angleterre tenu à l’occasion du mardi Gras 1905, pas plus que ne le fera le XV de France pour ses premiers matchs internationaux officiels, à commencer par le premier, face à la Nouvelle-Zélande en 1906 - défaite 8-38 au Parc des Princes.

Les anneaux de l'USFSA

En 1909, le Comité français interfédéral (CFI), décide faire de nouveau chanter le coq sur un maillot national, de football cette fois-ci. Le CFI représente la France au sein de la Fédération internationale (FIFA) depuis 1908 des suites d’un conflit ponctuel avec l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA), alors en charge de l’organisation de la plupart des sports en France).

Désireux de se démarquer de l’USFSA - qui a pour logo deux anneaux blanc et bleu entrelacés, une création de Pierre de Coubertin dont il s'inspira plus tard pour créer les anneaux olympiques -, et d’affirmer une plus grande identité nationale, le CFI choisit le coq gaulois comme symbole pour les équipes de France de football.

1910, le 1er coq du football français

Les deux premières rencontres de l’année 1910 voient les Bleus jouer sans emblème face à la Belgique, puis l’Angleterre. Finalement, le maillot bleu au coq apparait pour la première fois en mai 1910, à l’occasion d'un match face à l'Italie.

Pour autant, là encore, l’apparition ne semble pas pérenne ou pour le moins systématique. De fait, si l’on regarde les images de la rencontre jouée par les Bleus en 1911 contre ces mêmes Transalpins, le coq n’apparait plus et il en sera ainsi jusqu'après Guerre..

1er janvier 1912, le coq USFSA Source : gallica.bnf.fr
Cliquer pour agrandir

Pourtant, le coq a du succès. Et il ne faut pas attendre longtemps pour qu’il soit repris à son compte par d’autres sports.

Le nom qui reste ainsi associé à l’apparition du coq gaulois sur les maillots est celui de Marcel Communeau. Capitaine du XV de France dès le premier match international des Bleus en 1906, toujours capitaine du premier Tournoi des V Nations en 1910, Marcel Communeau a 26 ans quand il mène les Bleus à leur première victoire à l’occasion de la 13e rencontre internationale de l’histoire de l’Ovalie française, le 2 janvier 1911, face à l’Écosse.

Séduit comme tant d’autres par le coq, le 3e ligne moustachu, emblématique du XV tricolore de l’époque, s'adresse à l'USFSA pour leur demander d'adopter le coq comme emblème de l'équipe nationale de rugby. Le 21 janvier 1911, l'USFSA adopte cette proposition qui ne prendra effet que pour le premier match du Tournoi des V Nations suivant, le 1er janvier 1912, face à l'Irlande.

Cliquer pour agrandir

Très coloré, le coq de l'USFSA est représenté ailes écartées, buste en avant orienté à gauche et bec ouvert. Il n'est toutefois pas autonome, puisqu'il repose sur les deux anneaux entrelacés de l'USFSA. Ce coq est également en suspens, puisque la Première Guerre mondiale va évidemment affecter les activités de l'Union.

Les compétitions sportives perdurent néanmoins ponctuellement, enrichies par la présence de belligérants de l'autre bout du monde.

L'équipe militaire de 1917 - Source : gallica.bnf.fr

L'exemple sans doute le plus fameux d'une match international organisé en France durant le premier conflit mondial est sans doute la rencontre qui opposa, au Parc des Princes en avril 1917, l’équipe de France militaire et l’équipe britannique composée essentiellement de joueurs néo-zélandais.

A cette occasion, d'ailleurs, les Français sont revêtus d'un maillot au coq et aux anneaux de l'USFSA.

En 1919, les équipes de France alignées aux Jeux interalliés, compétition organisées par les États, arborent un grand drapeau tricolore au centre de leur maillot. Ni coq, ni anneaux. De son côté, l'USFSA vit ses derniers mois. Les sports qu'elle organisait jusqu'alors vont peu à peu créer leur propre fédération.

L'Union des sociétés françaises de sports athlétiques est dissoute en 1920 et son coq aux deux anneaux disparait avec elle.

Cliquer pour agrandir.

Exploité à outrance à des fins de propagande pendant la Première Guerre mondiale, le symbole du coq est désormais une représentation populaire très établie de la Nation française.

Débarrassé de ces anneaux qui étaient la marque de l'Union, le coq va s'émanciper et être repris par certaines fédérations, pour finalement devenir le symbole par excellence de la France sportive.

Ainsi dès 1920, le coq fait sa réapparition sur les terrains de sport et, d'abord, sur le maillot des sélections nationales de deux sports à l'origine de son affichage, le rugby et le football...

C'est également en 1920, à Anvers, que le coq gaulois foulera pour la première fois la terre cendrée d'un stade olympique. L'écusson, à fond blanc pour les athlètes, mais aussi bleu et rouge ne présente d'autres symboles que le coq gaulois, rouge et tourné vers le coeur.

L'équipe de France de football avant son match face à l'Angleterre, en 1920

Le coq, emblème des Bleus

Newsletter

Billetterie

Passion

Twitter #espritbleu


Boutique

  •  Française des jeux
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF