Mamédy Doucara, l'artiste

Partagez

Champion du monde de taekwondo 2001 en 78kg, toujours N°1 français de sa catégorie, Mamédy Doucara mène, à côté d’un parcours de sportif de haut niveau auquel il ne fixe pas de limites, une carrière naissante de photographe. Véritable artiste, Mamédy commence à se faire un nom dans le milieu sportif, et travaille désormais pour une publication gratuite hebdomadaire. Son avenir est tout tracé tant le champion est talentueux.

Mamédy Doucara a commencé la photo en dilettante, en 2005, profitant d’un arrêt forcé dans sa carrière sportive : «Je me suis fait une rupture des ligaments croisés en 2005, ce qui a entraîné 10 mois d’indisponibilité» raconte l’athlète. «J’avais envie de faire de la photo, mais je n’avais pas la prétention d’en faire un métier. C’était juste pour le plaisir, pour faire de belles images ». Mamédy se procure un appareil par le biais d’un ami photographe qui le pousse à persévérer. «Puis c’est devenu une vraie passion. J’étais dans le sport, c’était pour moi un hobby, une façon de me changer les idées».

Au fur et à mesure, Mamédy Doucara, qui fourmille d’idées et les applique avec son objectif d’abord, sur un logiciel d’édition comme Photoshop ensuite, répond à de plus en plus de demandes. Celles de ses amis pour commencer. « Et pour leur répondre, je m’achète du vrai matériel pro. En 2006, je me dis qu’il faut quand même le rentabiliser à travers des prestations rémunérées. La première personne qui m’achètera une photo à un prix convenable, c’est Maryse Ewange-Epée, pour le meeting d’athlétisme de Saint-Denis».

Le champ des possibilités s'élargit : «C'est ensuite ma fédération qui commence à me commander des images. J’illustre l’affiche des championnats de France de Taekwondo 2007 et là, tout démarre vraiment. Je deviens un prestataire régulier de la FFTDA. Mon travail est remarqué. De mon côté, j’essaye de ne pas enfermer mes créations dans le seul cadre sportif. Et je n’ai jamais rien dit à personne, non, les gens sont venus à moi, le bouche à oreille a fonctionné » !

«Kelebara pictures»

Mamédy crée son site, il le nomme « Kelebara pictures ». «Cela veut dire guerrier en Bambara, la langue malienne. C’est comme cela que je conçois mon style. J’aime bien jouer sur les tons sombres, faire des images mystérieuses». S’il a choisi ce «pseudonyme» c’est aussi dit-il, pour que l’on ne le rattache pas à son nom de sportif de haut niveau. «Je ne veux pas qu’on y associe mon travail. Je ne veux pas que l’on sache que c’est moi !

La carrière artistique du talentueux Mamédy prend une nouvelle dimension avec l’hebdomadaire gratuit «Sport». Il raconte : «Je leur ai proposé une photo de ma coéquipière Gwladys Epangue pour leur page « glamour ». Ils m’ont répondu qu’elle n’entrait pas en l’occurrence dans leurs critères, mais en même temps m’ont dit qu’ils jugeaient mon travail magnifique et qu’il fallait que l’on collabore. Et voilà comment j’ai décroché mon premier véritable travail de photographe». Pour ce journal, il photographie Steeve Mandanda, le gardien de l’OM, fait la couverture avec William Gallas, et tout récemment, est parti à Lausanne pour faire des images avec Jacques Rogge, le président du CIO.

«Cela commence à prendre une tournure importante. Mais j’attends d’avoir encore plus de personnalités dans mon press-book pour faire des propositions à l’Equipe Magazine ou encore à la Fédération Française de Judo… à court terme ».

Photographe ? Athlète ? «Les deux. Pour l’instant, ma carrière au haut niveau n’est pas finie. J’ai raté ma sélection pour les Jeux de Pékin, je vise maintenant ceux de Londres en 2012. Je reste encore le N°1 de ma catégorie en France». Voilà pour la carrière sportive. Et pour l’autre ? «Je n’ai pas repris la saison normalement, car j’ai suivi d’octobre à décembre une formation aux Gobelins, une des plus grandes écoles de photographie. Il s’agissait de peaufiner mes bases techniques, et passer au-delà du stade « autodidacte ». C’était une formation technique, car on n’apprend pas à avoir des idées». Des idées, du départ à l’arrivée, de la mise en scène au traitement de l’image, Mamédy n’en manque pas !

Album photo de Mamédy Doucara[ALB17]Son site : Kelebarapictures.com

Le Mag' des Bleus | Semaine olympique

Newsletter

Olympic Channel (en Français !

Twitter #espritbleu


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF
  •  RMC