Paul Henri De Le Rue : "Au mental et au plaisir"

Interview
Paul Henri De Le Rue
Partagez

Victime d'une lourde chute il y a un mois, en Andorre, Paul-Henri De Le Rue n'a jamais douté. Les Jeux, impossible pour lui de se résigner, de tirer une croix dessus.

Malgré la gravité de la blessure (« traumatisme facial avec fracture de l’orbite associé à un traumatisme crânien avec perte de connaissance »), qui a nécessité une nuit en coma artificiel, le Basque est à Sotchi et ne compte pas faire de la figuration. En ligne de mire, son rêve : le titre olympique...

Avant toute chose, comment vas-tu ?
J'ai la patate ! Un peu fatigué à cause du voyage et du décalage horaire mais sinon, j'ai vraiment bien travaillé et je suis très content du boulot effectué en rééducation à Cap Breton. J'ai de très bonnes sensations sur la neige. Après, in'ch allah, on verra...

De toutes façons, tu n'as jamais d'appréhension...
Non, jamais !... Si, bien évidemment que j'en ai. Mais les blessures je connais ça, j'ai 29 ans et je me suis blessé de nombreuses fois dans ma carrière. Du coup, les retours de blessures, je sais que c'est et je suis plus fort que ça, c'est sûr !

Donc physiquement tout va bien ?
Oui oui tout va bien. J'ai même fait énormément de travail en proprioception et j'ai un super feeling.

Faire du mieux possible

Tu t'es fixé un objectif précis ?
Mon objectif est de faire du mieux possible. Il ne faut oublier que je n'ai pas couru pendant un mois. Je suis loin d'être un expert des capacités et de la préparation physique, mais je vais y aller au mental et au plaisir.

Du plaisir justement, tu en ressens à retrouver tous les Bleus au sein de la vie de village ?
Bien sûr, ça me fait super plaisir d'être là. Les Jeux me font rêver depuis que je suis tout petit et mon rêve ultime c'est de devenir champion olympique. Je vais tout faire pour aller au bout. Si ça ne fonctionne pas, ce n'est pas grave, mais ce qui est le plus important c'est de tout maîtriser et de donner le meilleur de soi-même.

Tu as tout de suite dis après ta chute que tu serais à Sotchi. Tu n'as jamais douté de cela ?
C'est la première chose que j'ai dit au médecin en me réveillant. Quelque chose comme : « Monsieur, vous êtes bien gentil mais j'ai les JO dans un mois donc il va falloir me remettre sur pied au plus vite ! » (rires). Tout le monde a rigolé. Je me fais encore chambrer par ma femme !

Déjà un exploit de se qualifier aux JO

Un petit mot sur les histoires de points qui ont coûté la qualification à 2 de tes coéquipiers dont ton frère Xavier...
Les Jeux, c'est vraiment un événement très à part, très particulier, avec des règles bien précises. Le fait d'être sélectionné aux Jeux, quelque ce soit le sport, c'est déjà un exploit et, malheureusement, ils (Xavier de le Rue et William Bankes) n'ont pas participé à suffisamment de courses. Xavier en partie à cause de sa carrière en freeride et William parce qu'il était blessé. On pense vraiment très fort à eux et je suis très triste que l'on ne soit que 3 au lieu de 4.

Paul-Henri DE LE RUE | Surf des Neiges

Olympic Channel (en Français !

Twitter #espritbleu


  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC