Kun khmer

Photo @KhmerActus
Partagez

Les preuves historiques de cette discipline figurent, sous la forme d’un art martial dénommé « Bokator », sur les stèles des Temples d’Angkor de l’Empire Khmer qui, au XIIème siècle, enveloppait les territoires de la Thaïlande, du Laos, du Vietnam. Les guerriers khmers affrontaient leurs ennemis à mains nus comme le racontent les sculptures des bas-reliefs.


Aujourd'hui, le kun khmer (ou "pradal sereï" ou "boxe khmère"), fils du bokator, ne tire qu’une partie infime de techniques de cette pratique ancestrale, en utilisant les pieds/poings/coudes/genoux. Le kun khmer est aujourd’hui en réalité plus proche des boxe birmane (lethwei), de la boxe thaïlandaise (muaythaï), laotienne (muay lao) ou malaise (tomoi).

La recherche immédiate d’efficacité amène une pratique plus radicale que dans les autres arts martiaux. L’une des particularités de la discipline est notamment l’usage intensif des coudes, et des genoux (coups sautés et montés). Par ailleurs, quelques règles privilégient le corps à corps et les frappes pendant la chute de l'adversaire.


Olympiens

Newsletter

Billetterie

Passion

Twitter #espritbleu


Boutique

Vidéos EspritBleu

Les Bleus by L'Equipe 21

RMC, la radio #espritbleu

  •  Française des jeux
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Lacoste