Ski nautique : un trio brillant pour une discipline en mutation

Partagez

Discipline sportive encore confidentielle, le ski nautique demeure une pratique essentiellement perçue comme une activité de loisirs. Le manque de médiatisation n’est évidemment pas étranger à cette perception tenace. Du ski nautique au programme des Jeux Méd, au beau milieu d’une multitude de sports olympiques, voilà un bon moyen de prendre conscience des aspects de compétition et de haut niveau qui lui sont indissociables. Quand en plus 3 Français sur 3 engagés finissent sur le podium, l’occasion était belle d’en découvrir plus sur ce sport exigeant, spectaculaire et convivial, et sur nos champions français. Portait croisé de Manon Costard, Clémentine Lucine et Thibaut Dailland, un trio attachant qui fait briller l’équipe de France.

Comment avez-vous commencé le ski nautique ?
Manon : Mon père en faisait de temps en temps en pratique loisirs et faisait beaucoup de ski alpin avec un coach également entraîneur de nautique. Du coup, j’ai essayé durant les vacances d’été lorsque j’étais petite, sur la mer et ensuite sur des lacs. Cela m’a rapidement plu et je me suis mis dedans au fur et à mesure. Je me souviens de ma première compétition, les championnats de France de moins de 9 ans. J’en avais 8. C’était mon tout 1er podium.

Clémentine : Pour ma part, j’ai débuté à 3 ans, à Annecy. Mes parents sont entraîneurs de patinage artistique et s’occupaient de Vanessa Gusmeroli, dont les parents viennent du ski nautique. Cela m’a permis de m’initier. Dès mes premiers essais, j’ai réussi à sortir de l’eau avec mes petits skis aux pieds ! J’ai ensuite poursuivi chaque été jusqu’à ma 1ère compétition avec les tous petits, que j’ai d’ailleurs remporté. Depuis, je n’ai plus arrêté.

Thibaut : Je suis né et j’ai été élevé en Côte d’Ivoire, à Abidjan, où j’ai commencé le ski nautique à l’âge de 5 ans, avec mon père, sur les lagunes. Il avait acheté un bateau et ma mère avait fait quelques compétitions de ski étant plus jeune. Ils m’ont initié très tôt à ce sport.

Quel est votre parcours et votre quotidien aujourd’hui ?
Manon : Je viens d’Aix-en-Provence où il n’y a pas vraiment d’infrastructures pour skier. Du coup, je suis allée en sport-études à Saint-Raphaël, durant 3-4 ans, avant de faire une école avec un système un peu à l’Américaine, qui m’a permis pendant 2 ans d’adapter mon emploi du temps et d’avoir des créneaux consacrés à l’entraînement. Aujourd’hui, je suis en Floride, pour 2 ans, afin de finir mes études. Il y a un plan d’eau dans l’université, accessible entre 2 cours et avec un coach à disposition. Thibaut est avec moi là-bas.

Thibaut : Mon quotidien est sensiblement le même que celui de Manon. Je suis en 2ème année de « Business Administration » à Orlando. L’avantage principal des universités aux Etats-Unis, c’est que j’ai pu intégrer une équipe de ski nautique grâce à laquelle j’ai obtenu une bourse d’étude, qui m’aide à payer la moitié des études. Cela me permet de skier avant, après et entre les cours gratuitement.

Comment est organisé le circuit international ?
Manon : C’est un circuit mondial, le Pro Tour, avec des compétitions pro et des points élite. C’était ma 1ère année l’an dernier et j’ai pu participer à des Coupes du monde en Indonésie ou aux 4 coins des Etats-Unis… J’ai terminé 4ème au général.

Quels sont vos objectifs de carrière ?
Manon : Ce serait sympa d’être championne du monde un jour ! Mais je sais qu’il me reste beaucoup de travail. Les prochains Mondiaux se dérouleront en octobre prochain au Chili. Si je parviens à monter sur le podium, ce serait déjà bien.

Thibaut : Devenir champion du monde en combiné, une épreuve qui réunit les 3 disciplines que sont slalom, figures et saut. Il faut être consistant dans chacune des épreuves pour être sacré. J’étais numéro 3 au ranking mondial en 2012, ce qui me donne beaucoup d’espoir pour les Mondiaux de cette année.

Clémentine, tu es plutôt spécialisée dans le ski nautique figures. Peux-tu nous expliquer les spécificités de cette discipline ?
Il y 3 disciplines en ski nautique : le slalom, les figures et le saut. C’est vrai que mon épreuve de prédilection, c’est plutôt les figures, un peu comparable au freestyle en ski alpin. Le concept, c’est 2 parcours de 20 secondes durant lesquels il faut réaliser le plus de figures possible, avec des notes attribuées pour chacune. Par exemple, un saut périlleux classique vaut 500 points et un saut périlleux avec une vrille de 180 degrés vaut 750 points. L’objectif est de réaliser le meilleur score. C’est une discipline très sympa à regarder, très spectaculaire.

Tu es sur le circuit depuis longtemps déjà et dans le ski nautique depuis presque toujours. La passion est encore là ?
Clémentine: Je suis vraiment amoureuse de ce sport ! Je le pratique depuis que j’ai 3 ans. J’adore la compétition mais j’adore aussi l’entraînement. J’aime les 3 disciplines, cela permet de varier les plaisirs, les sensations. Sur chaque compétition, dans chaque discipline, on se donne toujours des objectifs différents, qui évoluent, du coup on ne s’ennuie jamais. C’est ce qui fait la beauté de notre sport.

Que t’inspire cette nouvelle génération qui pousse, symbolisée par Manon et Thibaut ?
Clémentine : C’est une bonne chose. L’important, c’est que nous ayons toujours des médailles. J’ai moi-même un jour incarné la relève. Il y a eu Nicolas Leforestier, Patrice Martin, ensuite moi, d’autres suivront, mais le niveau des Français reste toujours aussi bon. Quand en plus, ce sont des gens comme Manon et Thibaut, sympas avec un super esprit sportif, c’est une chance.

Comment inciter les jeunes à pratiquer votre sport ?
Thibaut: Il faut essayer ! C’est tellement de sensations ! C’est un sport sur l’eau, où on se sent libre.

Un mot pour décrire chacun de tes 2 autres camarades...
Manon: Je dirais « relax » pour Thibaut et « déterminée » pour Clémentine.
Clémentine : « The déconneur » pour Thibaut ! Et « joie de vivre » ou « gaité » pour Manon.
Thibaut : « Déterminé » pour Clémentine et « courageuse » pour Manon.

L'esprit ski nautique en vidéo



Olympic Channel (en Français !

Twitter #espritbleu


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF
  •  RMC